Mam'zelle Valière

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 21 avril 2017

Premier achat de citerne !

Mam'zelle Valière vient de commander sa première citerne Elle devrait arriver d'ici une dizaine de jours et sera installée à mi-pente, sous le carport : le toit de presque 20m2 permettra de remplir la citerne avec seulement 40mm de pluie, contre 200mm pour le toit d'une cabane.
Le carport sera consolidé et la gouttière installée d'ici la fin de semaine prochaine, et les gallinacés reproducteurs auront un nouvel objet de curiosité dans leur parc
Merci à tous ceux qui ont rendu cela possible, et la cagnotte reste en place pour permettre d'en commander d'autres prochainement
https://www.lepotcommun.fr/pot/r883u1h9

dimanche 5 mars 2017

Mam'zelle Valière est sur Ulule !


La ferme se développe peu à peu, les poulets d'Estaires ayant montré peu de résultats ils seront momentanément remplacés par des poulets Roux Fermiers. Leurs cabanes se construisent tranquillement mais sûrement et les haies semblent avoir bien pris. 



Mais il nous manque encore quelques citernes pour faire face aux sécheresses, comme celles de l'été et automne 2016. Aller à la Riviérette était un brin pénible, et comme je ne suis pas certaine d'avoir autant d'aide je préférerais avoir une réserve d'eau, une citerne de 1000L à chaque cabane permettrait d'abreuver les cocottes durant près de 3mois ! 



C'est pourquoi je lance une campagne de financement participatif, ou crowdfunding, sur le site de Ulule. J'ai besoin de toutes les bonnes volontés, même pour 5€ Ce qui compte, ce n'est pas le montant, mais le geste !

Vous trouverez tous les détails et quelques photos en suivant ce lien :

https://fr.ulule.com/eau-pour-les-cocottes/

Petit poisson deviendra grand, pourvu que ses amis lui prêtent un peu... d'amour, d'attention, et de tendresse [et quelques euros aussi }

Et à très vite sur le web ou chez les cocottes !

mardi 3 janvier 2017

2 achetés, le 3ème offert !


Profitez-en ! Goûtez ces bons poulets, ces canards dodus et les délicieuses oies !

Viendez et achetez 3 volailles, et n'en payez que 2 ! Toutes les volailles doivent partir, car elles sont meilleures si on les déguste encore jeunes ! L'offre est valable jusqu'à épuisement des stocks !


samedi 26 novembre 2016

Préparation des commandes de volailles


Les premières commandes seront livrées ce week-end ! Espérons qu'elles satisferont les gourmands et que le bouche à oreille fera le reste !



À cette occasion J., le wwoffeur-longue-durée / constructeur de cabanes-solides-et-sans-trous, m'a mitraillée pendant que je préparais les cocottes : après avoir tout nettoyé, poussières et sol, j'installe tout ce qui sera nécessaire et commence à vérifier les volailles.



D'abord, je découpe la tête : j'ai demandé à l'abattoir de les laisser car cela me permet d'être certaine que les cocottes vendues sont bien d'Estaires ou de Bourbourg. Elles ont un goût différent, une texture plus ferme, une peau plus blanche et, pour le canard,  un je-ne-sais-quoi qui rappelle le sauvage...



La trousse à pharmacie n'est jamais trop loin de moi, même si je suis habile avec une lame ;-)



Ensuite, avec une pince, je retire les dernières petites plumes, puis je passe le chalumeau afin de parfaire l'effet "tout propre" !



Je découpe une feuille de kraft spécial boucherie pour emballer la volaille...



...et je pèse avec une balance professionnelle qui m'indique le poids et le prix d'une simple touche : pratique ! :-)



Enfin, j'emballe le poulet dans un sac et y agrafe une étiquette où sont indiqués son p'tit nom, son poids et son prix, ici "Poulet F (femelle, plus grasse), 1,295KG, 11,66€".


Puis je nettoie mains et planche et poursuis les préparatifs : vérification de la plumaison, "chalumage", emballage, pesage, étiquetage... :-D






Les vérifications et préparations ne doivent pas excéder une heure, au-delà la viande remonte en température et cela pourrait engendrer une prolifération de germes en tous genres... Donc, je ne sors que le nombre de cocottes que je suis sûre de pouvoir préparer en moins de 50 minutes.

À bientôt les gourmands !

P.S.: les volailles sont pesées SANS cœur & gésier, ce qui représente environ 100g de moins en moyenne, je les emballe à part pour ne pas choquer les sensibles, et ça en fait plus pour les viandards ;-)

jeudi 31 mars 2016

Premières factures...

Régulièrement je posterai sur ce blog des factures d'achats d'aliments ou compléments alimentaires pour les cocottes, des bulletins de suivi vétérinaire, etc...

Scan du premier achat de céréales, auprès d'un fermier résidant dans un village proche qui cultive en s'efforçant de n'utiliser que ce qui est nécessaire ;-)

IMG_20160331_0003.pdf

Pourquoi ? parce qu'il est important pour moi d'être transparente, de permettre au public, clients et curieux, de constater mes approches, comprendre mes démarches...

Scan des compléments alimentaires achetés auprès d'un sympathique commerçant qui, depuis plusieurs années, sillonne les routes au nord de Paris afin d'approvisionner les agriculteurs en nourritures, compléments et engrais bio : bon et à des prix raisonnables !

IMG_20160331_0004.pdf

IMG_20160331_0005.pdf

Je ne peux m'affilier à quelque label que ce soit au vu des tarifications, bien trop onéreuses pour une si petite structure. Donc, ouvrir les portes des poulaillers et cabanes, et laisser libre accès aux dossiers est un bon moyen pour communiquer sur mes pratiques.

Scan de la visite vétérinaire annuelle :

IMG_20160331_0006.pdf

IMG_20160331_0007.pdf

IMG_20160331_0008.pdf

IMG_20160331_0009.pdf

Les prix ont été masqués par respect pour les différents fournisseurs ;-)

dimanche 11 octobre 2015

Terre, sol, support de culture...


Ce pourrait n'être qu'un détail, et pourtant : savez-vous d'où vient la terre ? Vous savez, ce truc marron qui colle aux mains après avoir replanté le ficus. Mais si, ce truc sur lequel roulent les tracteurs qui récoltent le maïs et sur lequel j'élève mes cocottes...

D'où vient ce support de culture que d'aucuns pensent vide ?


Revenons au départ. Après le Big Bang, l'univers était plein de poussières. Enfin, des poussières à la taille de l'univers. Des cailloux énormes en fait. Ils flottaient partout, nonchalamment, certains plus près que d'autres qui, avec les forces de gravité, s'attiraient de-ci, de-là, pour former les nouvelles planètes. Elles n'étaint, partout, que des ensembles de pierre et de feu, comme notre planète par exemple. Et il n'y avait pas de terre.


Oups O:-) Trompée de photo, désolée... :-D


Bref. Des volcans, fils de la pierre et du feu, s'époumonnaient sur notre planète, mais il n'y avait pas encore de terre.


La petite sœur de notre planète, attirée par sa gravité, lui est finalement rentrée dedans et, de ces deux planètes, sont nées une grosse planète, la Terre, et un satellite, la Lune. Mais toujours pas de terre.


Les volcans se sont peu à peu calmés, des vents ont commencé à éroder les pierres, de l'eau s'est formée, puis des océans, bientôt colonisés par du sable, résultat de l'érosion des pierres. Mais pas encore de terre...


Puis, des vies sont apparues, organismes unicellulaires, se sont multipliés, en nombre et en cellules. Leurs dépouilles tombaient au fond des océans, s'accumulaient sur le sable, se dégradaient, se transformaient...


La terre était en train de naître.


Au fond des océans, puis sur les parties émergées, les dépouilles et déjections des premiers animaux et végétaux, sur le sable, laissaient leur empreinte. Et sont nés alors les premiers colonisateurs de ce sol nouveau, plus riche que les sables : les petites bêtes qui mangent les parties tendres des végétaux, les petites bêtes qui mangent les parties dures des végétaux, et les prédateurs de ces petites bêtes. Et les plantes.


Mollusques, insectes, acariens, ils se dévelopaient lentement, se perfectionnaient, optimisaient leurs outils, leurs tactiques... Et leurs dépouilles et déjections continuaient d'enrichir le sol. Et je ne parle pas des champignons, mi-végétaux, mi-je-ne-sais-pas-trop-quoi, qui s'ingéniaient à se confondre aux racines de plantes toujours plus complexes, pour survivre me direz-vous, mais aussi pour aider ces plantes à mieux profiter de ce que le sol leur offrait : aide-moi et je te rendrai plus fort !


Puis vinrent les vers de terre. Une merveille d'ingénierie ... Une formidable machine vivante qui mange un peu de terre tout en creusant loin vers le centre de la terre et grignote un peu de la pierre rencontrée en chemin, et remonte à la lumière de la Lune pour soulager ses intestins et trouver un partenaire d'amour. Ses turricules, ou déjections, mélangent argile, pierre et humus en un ensemble parfaitement équilibré qui a recouvert les plus grandes édifications de l'homme, au sens propre comme au figuré. (photos de vies prise sur le site du LAMS, laboratoire de Lydia & Claude Bourguignon, spécialistes des sols)


Dès l'arrivée des lombrics, la terre est devenue chaque jour plus riche et cette couche a continué à grossir, mais de plus en plus vite, les lumbricina allant jusqu'à atteindre une vitesse de croisière de 40 à 60.000 tonnes de turricules excrétés par an et par hectare, enfouissant les pas japonais d'un jardin en moins de 30ans.


Comprenez mon propos : la terre est réellement vivante ! Grouillant de vies, du champignon au carabe, en passant par les vers de terre et les termites, ce que nous confondons trop souvent avec un bête support de culture est en fait un amas de dépouilles animales et végétales, mélangé aux déjections animales et végétales, creusé d'une infinité de galleries, par la taupe ou les fourmis, les racines des arbres et fleurs, de toutes les tailles et toutes les directions, et peuplé de vertébrés et invertébrés, prédateurs ou algues, protozoaires et nématodes, recouvert d'humus en forêt et d'herbes en prairies...


Et si la terre compte plus de 2 tonnes de lombrics par hectare, là où elle est laissée en paix, certains champs en trouvent difficilement plus de 50kg/hectare... Cherchez l'erreur !


Les emplois intempestifs d'herbicides, pesticides, engrais chimiques et autres instruments de labour appauvrissent des écosystèmes qui avaient des milliers d'années, et avaient eu besoin de quelques millions d'années pour se perfectionner...



Ce sol que nous étouffons sous le macadam et assassinons par ignorance est pourtant l'un des sytèmes les plus aboutis qui soient. Si sa résilience est impresionnante, un coup de main peut parfois aider : un potager peut être réensemencé en vies et forces grâce au paillis et au BRF ; Une forêt aux arbres plus espacés et aux essences endémiques et variées pourra accueillir de nouveau la faune qui l'avait déserté ; des apports de carbone, matières organiques et nutriments pourront, comme pour la Terra Preta, décupler sa fertilité...


Alors, la prochaine fois que vous sortirez planter un framboisier, nourrir les moutons ou cueillir des champignons, regardez-la de plus près et réfléchissez avant de la polluer ;-)

mardi 10 février 2015

Une formation et un emploi !

Une formation pour autoconstruire des outils d'entretien de cultures, et une offre de terrain à Wavrin, 59, pour des (futurs) maraîchers :-)

Autoconstruction.pdf


AAC_ZMW_n_2_.pdf (offre maraîchage à Wavrin)


jeudi 6 novembre 2014

Croque-monsieur de ma grand-mère

C'est l'un de mes Must, une recette-plaisir sur laquelle je fonds, craque, me rue et me gave... O:-)

Ingrédients
  • pain coupé de type Boulot (le pain de mie est plus cher, et ma grand-mère est comme beaucoup de grand-mère : économe :-D )
  • œuf
  • tranches de jambon de Paris
  • gruyère râpé
  • beurre
Elle commençait par séparer le pain en quantité de couples de tartines qu'elle ouvrait et beurrait l'extérieur. Autant qu'il faudrait pour les gourmands réunis ce jour-là.

Elle coupait le jambon en petits morceaux, carrés ou allumettes.
Elle mélangeait ensuite quelques œufs pour une omelette et y ajoutait le jambon tranché et le fromage.



Enfin, elle "bâtissait" ses croques en prenant soin de laisser le côté beurré à l'extérieur.
Lorsque l'appareil était chaud, elle cuisait et apportait, au fur et à mesure, les délicieux sandwichs chauds à table : si aujourd'hui je les cuisine à table, elle ne pouvait imaginer mettre l'appareil sur la table et servait chacun jusqu'à satiété, attendant de fait pour manger à son tour... Oui, c'était une autre époque, et n'allait pas croire que vous l'auriez fait changer d'avis tant qu'elle fut en bonne santé : elle tirait une grande fierté de nourrir son monde et manger à la catapulte pour satisfaire chacun...



Quoiqu'il en soit, ses croques étaient fondants, délicieusement parfumés et (merveilleusement gras mais)tellement bons O:-)
Aujourd'hui, je ne beurre plus le pain avant de faire les croques pour épargner quelques calories, et du coup j'en mange un de plus :-P

mercredi 8 octobre 2014

Bientôt chez vous : la crève ...

Le rhume, la bronchite, la sinusite, la morve qui coule, la gorge qui gratte, la toux qui n'en finit pas... Bienvenue en automne/hiver !!!

Pour la grippe ou l'angine, allez voir le toubib : vous ne pourrez lutter seul contre ces cochonneries de bactéries et virus. Pour une bonne crève par contre, vous pouvez agir.

Personnellement, je me prépare une tisane avec de miel et ne bois que ça jusqu'à ce que je me sente mieux (jusque 3L/jour) :

  • 1L d'eau, minérale ou de source, potable quoiqu'il en soit
  • 1 c. à s. feuilles de thym, antibiotique
  • 1 c. à s. de fleurs de lavande, pulmonaire
  • 1 c. à c. de feuilles de romarin, dynamisant
  • facultatif : 1/2 c. à c. de feuilles d'origan, anti-oxydant
  • 1 c. à s. de miel de thym la journée, de lavande le soir, ou d'acacia tout le temps

Bientôt chez vous : la gastro ...

Voici de bons conseils pour lutter efficacement contre la gastro [qui ne saurait tarder à arriver] trouvés sur le site de Comment économiser


Personnellement, j'utilise également de la levure de bière, à raison d'une dizaine de petits cachets/jour pour stopper les troubles intestinaux, je bois l'eau de cuisson du riz et mange ce riz avec juste quelques carottes, sorte de soupe de riz. Et en boisson, de la tisane de thym avec un peu de miel. ;-)

Et surtout...


Sujet à la diarrhée, aux vomissements, aux maux de ventre, à la fièvre ? C'est sûrement une gastro. Pour cela il vous faut de bons remèdes de grand-mère. Voici 4 réflexes santé à connaître pour guérir rapidement de cette gastrite indésirable. J'étudie la naturopathie et heureusement, car cette formation m'aide a adopter les bons réflexes dès les premiers symptômes de la maladie. Si j'ai une gastro, j'opte pour un régime alimentaire adapté et des soins externes naturels mais efficaces.

Source : Comment-Economiser.fr | http://www.comment-economiser.fr/soigner-gastro.html
Sujet à la diarrhée, aux vomissements, aux maux de ventre, à la fièvre ? C'est sûrement une gastro. Pour cela il vous faut de bons remèdes de grand-mère. Voici 4 réflexes santé à connaître pour guérir rapidement de cette gastrite indésirable. J'étudie la naturopathie et heureusement, car cette formation m'aide a adopter les bons réflexes dès les premiers symptômes de la maladie. Si j'ai une gastro, j'opte pour un régime alimentaire adapté et des soins externes naturels mais efficaces. 1. Adopter un Régime Alimentaire adapté Une banane J'évite les laitages d'origine animale (lait de vache), les matières grasses et le sucre ! Je choisis des aliments qui ralentissent le transit intestinal, comme la banane. Je privilégie les céréales, la levure de bière, les légumes, et les salades ou les soupes de carottes et d'oignons. Pour les bébés, un menu purée de carottes et crème de riz passera très bien ! En boisson : tisane de sarriette, ou jus de myrtille. Le café bien noir est aussi efficace contre la diarrhée, si on y ajoute un jus de citron. C'est pas si mauvais que ça, je vous assure ! En tout cas, je bois beaucoup d'eau pour pallier la déshydratation. 2. Recettes Alicaments Un bouillon de légumes Pour une meilleure digestion : Je me prépare un bouillon de légumes (ou jus de légumes) et j'y verse une demi-cuillère à café de vinaigre de cidre. Je bois cet alicament environ 30 min avant mon un repas. Cette recette détruit les bactéries responsables des troubles digestifs. Contre la diarrhée, je fais bouillir 0,50 L de lait de soja et j'y ajoute une pincée de cumin, d'anis vert et de fenouil. C'est un régal et c'est super efficace ! Le jus issu d'un bouillon de feuilles de chou blanc ou vert est aussi ultra-profitable.

Source : Comment-Economiser.fr | http://www.comment-economiser.fr/soigner-gastro.html
4 Conseils de Grand-Mère pour Soigner sa Gastro en 1 Journée. 4K Partages Sujet à la diarrhée, aux vomissements, aux maux de ventre, à la fièvre ? C'est sûrement une gastro. Pour cela il vous faut de bons remèdes de grand-mère. Voici 4 réflexes santé à connaître pour guérir rapidement de cette gastrite indésirable. J'étudie la naturopathie et heureusement, car cette formation m'aide a adopter les bons réflexes dès les premiers symptômes de la maladie. Si j'ai une gastro, j'opte pour un régime alimentaire adapté et des soins externes naturels mais efficaces. 1. Adopter un Régime Alimentaire adapté Une banane J'évite les laitages d'origine animale (lait de vache), les matières grasses et le sucre ! Je choisis des aliments qui ralentissent le transit intestinal, comme la banane. Je privilégie les céréales, la levure de bière, les légumes, et les salades ou les soupes de carottes et d'oignons. Pour les bébés, un menu purée de carottes et crème de riz passera très bien ! En boisson : tisane de sarriette, ou jus de myrtille. Le café bien noir est aussi efficace contre la diarrhée, si on y ajoute un jus de citron. C'est pas si mauvais que ça, je vous assure ! En tout cas, je bois beaucoup d'eau pour pallier la déshydratation. 2. Recettes Alicaments Un bouillon de légumes Pour une meilleure digestion : Je me prépare un bouillon de légumes (ou jus de légumes) et j'y verse une demi-cuillère à café de vinaigre de cidre. Je bois cet alicament environ 30 min avant mon un repas. Cette recette détruit les bactéries responsables des troubles digestifs. Contre la diarrhée, je fais bouillir 0,50 L de lait de soja et j'y ajoute une pincée de cumin, d'anis vert et de fenouil. C'est un régal et c'est super efficace ! Le jus issu d'un bouillon de feuilles de chou blanc ou vert est aussi ultra-profitable.

Source : Comment-Economiser.fr | http://www.comment-economiser.fr/soigner-gastro.html
4 Conseils de Grand-Mère pour Soigner sa Gastro en 1 Journée. 4K Partages Sujet à la diarrhée, aux vomissements, aux maux de ventre, à la fièvre ? C'est sûrement une gastro. Pour cela il vous faut de bons remèdes de grand-mère. Voici 4 réflexes santé à connaître pour guérir rapidement de cette gastrite indésirable. J'étudie la naturopathie et heureusement, car cette formation m'aide a adopter les bons réflexes dès les premiers symptômes de la maladie. Si j'ai une gastro, j'opte pour un régime alimentaire adapté et des soins externes naturels mais efficaces. 1. Adopter un Régime Alimentaire adapté Une banane J'évite les laitages d'origine animale (lait de vache), les matières grasses et le sucre ! Je choisis des aliments qui ralentissent le transit intestinal, comme la banane. Je privilégie les céréales, la levure de bière, les légumes, et les salades ou les soupes de carottes et d'oignons. Pour les bébés, un menu purée de carottes et crème de riz passera très bien ! En boisson : tisane de sarriette, ou jus de myrtille. Le café bien noir est aussi efficace contre la diarrhée, si on y ajoute un jus de citron. C'est pas si mauvais que ça, je vous assure ! En tout cas, je bois beaucoup d'eau pour pallier la déshydratation. 2. Recettes Alicaments Un bouillon de légumes Pour une meilleure digestion : Je me prépare un bouillon de légumes (ou jus de légumes) et j'y verse une demi-cuillère à café de vinaigre de cidre. Je bois cet alicament environ 30 min avant mon un repas. Cette recette détruit les bactéries responsables des troubles digestifs. Contre la diarrhée, je fais bouillir 0,50 L de lait de soja et j'y ajoute une pincée de cumin, d'anis vert et de fenouil. C'est un régal et c'est super efficace ! Le jus issu d'un bouillon de feuilles de chou blanc ou vert est aussi ultra-profitable.

Source : Comment-Economiser.fr | http://www.comment-economiser.fr/soigner-gastro.ht

dimanche 10 août 2014

La recette du dépoussiérant pour meubles en bois

Simple et écolo cette recette ! À retrouver ici ;-)

lundi 4 août 2014

Prix des Femmes Marjolaine

Message à relayer ;-)

prix-des-femmes-marjolaine.jpg

"Je me permets de vous informer du lancement de la 2ème édtion du Prix des Femmes Marjolaineque vous pourriez souhaiter faire connaître à votre réseau.

Il s'inscrit dans le cadre de l'Année internationale de l'agriculture familiale et de la 39ème édition du Salon Marjolaine,
rendez-vous des acteurs de la consommation responsable accueillant plus de 80 000 visiteurs chaque année en novembre.

www.salon-marjolaine.com/programme-des-conferences/prix-des-femmes-marjolaine/

Ce Prix a pour but de récompenser des femmes menant des projets agricoles et alimentaires innovants
et à forts impacts sociaux et environnementauxen France et dans les pays en développement

Doté de 10 000 € par la Fondation de France, il a été créé par la Spas www.spas-expo.com, Relations d'Utilité Publique www.agence-rup.net
et WECF France www.wecf.eu/francais.

Les candidates peuvent soumettre leur projet jusqu'au 5 septembre 2014, uniquement en remplissant le formulaire disponible sur le lien suivant :

http://resolis.org/concours/prix-des-femmes-marjolaine-2014/3

La cérémonie de remise du Prix des Femmes Marjolaineaura lieule 10 novembre 2014 à 17h00 au sein du Salon Marjolaine, au Parc floral de Paris.

La Fondation de France www.fondationdefrance.org, Nature et Progrès www.natureetprogres.orgRESOLIS http://resolis.org et
www.biotifullunch.fr ont souhaité être partenaire de ce Prix.

Je suis à votre disposition si vous souhaitez en savoir plus sur cette initiative.A bientôt

Bien cordialementVincent David
Connecteur invétéré
vincent@agence-rup.net


Relations d'utilité publique
L'agence de communication et de mise en réseaux
des acteurs d'utilité sociétale
www.agence-rup.net
01 80 48 90 34

c/o BeeoTop
14 Boulevard de Douaumont
75017 Paris


« La grandeur d'un métier est peut-être, avant tout,
d'unir des Hommes : il n'est qu'un luxe véritable,
et c'est celui des relations humaines. »
Saint-Exupéry

"

mardi 4 mars 2014

C'est confirmé : c'est l'printemps !



photo0525.jpg

C'est bel et bien le printemps, avec quelques semaines d'avance : les narcisses sont en fleur...

photo0515.jpg

et la plus vieille de mes deux brebis a mis bas ce mardi : 2 mâles, un blanc et un noir, et une femelle, blanche tâchée de noir.

photo0532.jpg

Un quatrième était mort-né, je l'ai enterré dans la matinée.


photo0530.jpg

C'était au petit matin, et la mère était bien vaillante. L'agneau blanc est chétif et ne peut téter qu'en dernier mais il se porte aussi bien que possible ! 

Les petits commencent déjà à s'intéresser au foin, à la paille et au grain que je donne à leur mère, et pas que pour y jouer ! Et ils m'escaladent parfois quand je travaille dans leur cabane, qui sera prochainement le poulailler...


photo0534.jpg

La bergerie existante ne ressemble pas à grand chose pour le moment, mais après quelques aménagements pour l'agrandir et rehausser le toit, elle sera parfaite pour accueillir les brebis allaitantes et leurs petits.


photo0536.jpg

jeudi 20 février 2014

C'est l'printemps !





C'est l'printemps ! Et je suis réveillée de mon hibernation !!!



J'ai déménagé dans le Ternois, un p'tit village très sympa où les voisins m'ont très bien accueillie !

La maison est simple mais sympa, et surtout le terrain qui l'entoure sera suffisamment grand pour que j'y déploie tout ce que je souhaitais faire, mais pas trop afin que je puisse le gérer malgré le handicap et les imprévus.

Merville était un joli rêve mais les contrariétés se sont accumulées sans que je puisse rien y faire, mes incapacités physiques étant plus importantes que prévu, et le voisinage n'était pas du meilleur...

Cependant, mes efforts ont convaincus ma mère que cette voie pouvait être intéressante, et elle a donc décidé d'investir dans une maison de 80m² avec 5000m² de terrain, à valoriser.

Dehors, il y a une partie jardin devant et derrière et une grande pâture. Une partie du jardin de devant accueillera bientôt les aromatiques. La pâture a été séparée en un tiers/ deux tiers : 1/3 pour accueillir un potager de plus de 300m², un parc pour cochon vietnamien (plus petits) de 80m² et un parc pour canards, avec une future mare, de 120m² ; le second espace servant à l'élevage de moutons et volailles, aménagé au fil des années de nombreux arbres fruitiers et de haies, essences originaires de la région pour favoriser le retour de la biodiversité, déjà présente dans les alentours.

Dedans, il y a une pièce qui pourrait être carrelée et transformée en salle blanche où transformer la production, et une chambre supplémentaire pour accueillir des hôtes ou des wwoofers... La chambre d'hôte aura besoin de quelques années, mais l'accueil en wwoofing devrait être possible dès cet été... Affaire à suivre...

Vous l'aurez compris : tout est à faire ! Le potager est progressivement paillé, entre deux tempêtes. 



Trois moutons d'Ouessant sont arrivés et s'acclimatent au terrain et à la patronne.

Et l'ail, planté à l'arrivée, commence à montrer quelques pousses...



Les premiers semis ont commencé : carottes, radis, laitue à couper, navets blancs et jaunes, épinards (dans les bandes de terreau), petits pois et pois gourmands, fèves (sous voile)...



J'ai hâte que ça pousse !!!

mercredi 2 octobre 2013

Préparation du Râmen selon Nipponia

Autre recette, toute aussi bonne, variant selon les régions, du fameux Râmen(prononcez laamène).... et avec la traduction, au cas où... O:-) Le tout provenant du merveilleux site Nipponia, où vous trouverez moult informations sur le Japon, sa culture, ses us et coutumes, et bien évidemment sa gastronomie !!!

Vous trouverez la recette de sa petite sœur ici ;-)

Image

Avant-plan : Un ramen préparé à l’ancienne, baignant dans un bouillon léger relevé à la sauce de soja. Ce type de ramen s’est fait rare de nos jours, car on préfère un bouillon généreux et opaque. Au fond à droite: Un ramen nageant dans un bouillon à la pâte miso, avec garniture de ciboule (oignon d’hiver) émincée.

手前:こってりと濁ったスープのラーメンが主流の昨今、希少ともいえる、昔ながらのさっぱり味の醤油ラーメン。 奥:ねぎ味噌ラーメン


Image

Porter à ébullition une grande quantité d’eau dans une grande casserole. Ajouter des os de poulet, ail, gingembre, poireaux, carottes, oignons, algues kombu, et autres ingrédients suivant son goût. Laisser cuire plus de 4 heures à petit feu pour que se constitue le bouillon.

鍋にお湯を沸騰させたら、鶏ガラ、にんにく、しょうが、ねぎ、人参、玉ねぎ、だし昆布などを入れ、弱火で4時間以上煮込みスープを作る。


Image

Laisser mijoter une pièce de porc dans un fond de sauce de soja, saké et glutamate de sodium. Le jus de viande ainsi obtenu ira s’ajouter au bouillon pour l’enrichir. Verser ce jus de viande dans de larges bols à soupe avec des poireaux ciselés ou effiles.

豚塊肉を醤油、酒、うまみ調味料で煮込み焼豚を作る。焼豚の煮汁がスープのタレになる。このタレを丼に入れ、ねぎの輪切りを加える。

Image

Porter l’eau à ébullition dans une autre casserole. Laisser tomber les nouilles en les démêlant légèrement dans l’eau bouillante, les laisser cuire 1 minute en couvrant la casserole. (Les nouilles cuiront plus vite à haute température avec le couvercle sur la casserole).

スープと別の鍋に湯を沸かし、麺をほぐし入れ、蓋をして1分ほどゆでる。蓋をすることにより、湯の熱が逃げずに高温、短時間でゆで上がる


Image

Pendant que les nouilles sont à bouillir, ajouter un peu de bouillon au jus de viande mis en réserve dans les bols à soupe et bien mélanger.

麺をゆでている間に、丼にスープを入れ、タレを溶きのばす。


Image

Lorsque les nouilles sont cuites, les retirer à l’aide d’une passoire que l’on secouera plusieurs fois d’un vigoureux mouvement de haut en bas pour en exprimer l’eau excédentaire et les plonger dans la soupe qui attend dans les bols.

麺がゆで上がったら網じゃくしですくい取り、水気をよく切って、丼のスープに加える。


Image

Garnir de tranches de porc mitonné, de tranches de pousse de bambou marinée, de feuilles de komatsuna bouillies et égouttées, ainsi que de tranches d’œuf dur.

薄切りにした焼豚、メンマ、ゆでて水気を切った小松菜、ゆで卵などをのせる。


P.S.: J'ai testé cette recette ce week-end avec une carcasse de poulet et j'en ai été totalement bouleversée !!! Le bouillon est si simple, et pourtant si bon, et ça cuit tout seul, pas besoin de le surveiller ou rester à côté... C'est la meilleure recette de bouillon japonais que j'ai cuisiné depuis longtemps !

samedi 21 septembre 2013

No comment

"Que ce verre nous enivre, avant que les vers s'enivrent de nous..." Cédric Chartier


Produits ménagers

Dans ma recherche permanente d'économies, et ma volonté de comprendre et améliorer l'utilisation des produits, je me suis rendue compte que les produits d'entretien étaient souvent trop chers pour les simples mélanges qu'ils sont ! Et l'utilisation qu'on en a...

Prenez le détartrant par exemple : on paye cher des produits type détartrant salle de bain ou détartrant wc, mais en fait avec quoi détartre-t-on ? Un produit comme du vinaigre blanc, par exemple. Dans les faits, l'enlèvement du dépôt calcaire, ou carbonate de calcium, s'effectue par dissolution due à l'acidité du vinaigre... Sachant qu'un détartrant ménager coûte au minima 1€/litre, et que le vinaigre blanc coûte en moyenne 0,30€/litre, cherchez l'erreur...

Alors, ne pourrais-je pas baisser les coûts des produits d'entretien et n'utiliser que des produits de qualité et sains pour l'environnement ?

J'ai donc poursuivi mes recherches et voici le résultat de mes recherches :

  • Vinaigre blanc : pour détartrer, désodoriser et assurer le brillant de la vaisselle au sortir du lave-vaisselle (j'en ai trouvé à O,30€/litre, il m'en faut 2L/mois en général, j'en mets partout :-D )
  • Bicarbonate de soude : pour détartrer, nettoyer les petits accidents de cuisson, et plein d'autres utilisations à tester
  • cristaux de soude : pour détartrer et blanchir le linge, réduire la portion de poudre à laver la vaisselle dans la machine
  • savon noir, ou savon de Marseille, d'Alep, etc... : pour laver à terre, les carreaux, le linge, etc... et même le chat ou le chien ! Préférez les produits simples, sans trop d'eau ni trop de poudre de perlimpinpin... Et surtout pas "à base de savon machin"... qui ne contiennent que quelques pourcentages du-dit produit et beaucoup d'eau et de perlimpinpin
  • liquide vaisselle : le savon noir ou de Marseille sont moins efficaces, donc continuons avec lui...
  • lavettes micro-fibre : j'en ai toute une collection, petits, moyens et grands modèles, pour m'essuyer les mains, laver les meubles ou faire les poussières, laver à terre, les bacs du jardin, etc...


Concrètement :

  • Le linge est lavé avec une dose de savon noir ou de Marseille, une dose de vinaigre blanc en remplacement de l'adoucissant, et si c'est du linge blanc j'ajoute une dose de cristaux de soude.
  • La vaisselle à la main, avec du liquide vaisselle, et si la saleté accroche :
  1. soit un peu de bicarbonate de soude ajouté au liquide vaisselle
  2. soit un peu de bicarbonate de soude + un peu de vinaigre, je mets la casserole sur feu vif et porte à ébullition, ce qui aide ensuite à enlever la saleté. (Ne respirez pas les vapeurs qui en émanent, c'est de l'acide : ça vous brûlerait les voies respiratoires)
  • Pour la vaisselle en machine, je mets une demi-dose de poudre + une demi-dose de cristaux de soude, et dans la partie rinçage je mets du vinaigre blanc.
  • Lorsque je dois laver les vitres, je mets une dose de savon noir dans un seau d'eau + une dose de vinaigre, je lave les vitres puis je lave le sol, ce qui réduit la part d'eau utilisée. Et comme j'utilise des lavettes en microfibre et une raclette, ça va vite et c'est nickel !
  • Toutes les 3 semaines, je détartre la bouilloire avec un demi-litre de vinaigre blanc et utilise ensuite le vinaigre chaud pour nettoyer les embouts de robinetterie, évier en inox, bonde de lavabo, évier ou douche, wc...
  • Enfin, j'élimine les poussières avec une lavette micro-fibre mouillée et tordue bien fort : la poussière revient encore moins vite qu'avec du chiffon magique !

Bien sûr, je n'en suis qu'au début de mes découvertes, et il me reste encore de nombreuses questions, mais j'ai déjà réduit notablement ma facture d'entretien, la peau de mes mains ne tire plus et j'ai tout rangé sur une petite étagère...

Essayez vous aussi, et laissez-moi vos impressions dans les commentaires !

P.S.: Vendredi 3 janvier, dans la nouvelle maison. Je nettoie chaque jour la vitre de l'insert en seulement 5min avec une éponge grattante humide et la cendre que je viens de retirer du bac... C'est facile, demande peu d'huile de coude voire pas, selon les jours, et question tarif je vous épargne le calcul :-D C'est beau le recyclage :-D

P.S.²: La pierre d'argile, mélange de base lavante, bicarbonate et argile, est une pure merveille pour nettoyer cuivre, laiton, évier en céramique, etc... Vous la trouverez déjà faite ou pouvez la confectionner vous-même en allant voir Sophie ! ;-)

vendredi 16 août 2013

De où vient la terre ?

La terre, élément végétal qui sert de substrat, c'est à dire de base matérielle pour les cultures, n'a pas toujours recouvert l'amas de roches de notre planète.

Darwin est l'un des premiers à s'intéresser à cet élément et à sa dynamique, encouragé par un oncle et convaincu par les expérimentations qu'il mènera par la suite. Il mettra en avant le rôle des vers de terre dans le bon équilibre de la terre, ne disposant pas encore du matériel nécessaire pour analyser plus avant.

...le 1er novembre 1837, Darwin présenta devant la Geological Society of London une petite contribution : On the formation of mould (« Sur la formation des sols végétaux ») …

« […] dans lequel il est montré que les petits fragments de marne, de cendres, etc. répandus en couche épaisse sur plusieurs prairies se retrouvent au bout de quelques années à la profondeur de quelques pouces de profondeur, mais tout en gardant le profil de la couche initiale. Ce plongement apparent d'objets superficiels, résulte, comme Mr. Wedgwood de Maer Hall dans le Staffordshire m'en a suggéré au début l'hypothèse, de l'accumulation d'une grande quantité d'une terre très fine, qui est apportée constamment à la surface par les vers sous la forme de leurs excréments cylindriques. Ces excréments sont tôt ou tard étalés à la surface, et recouvrent tout objet resté à la surface du sol. J'ai donc été amené à la déduction que toute la terre végétale du pays est déjà passée de nombreuses fois par les voies digestives des vers, et y passera encore beaucoup6. »

Mais reprenons un peu avant... Après le big bang et l'agglomération des roches qui ont formé notre planète, tout n'était que minéral. L'eau est arrivée et des cellules ont commencé à s'y développer, et produire de l'oxygène. Ce raccourci résume plusieurs centaines de millions d'années.

La vie, d'abord apparue dans les océans il y a plus de 3,5milliards d'années, gagne peu à peu la surface. Des bactéries ont alors commencé à manger les roches, des lichens se sont installés et la terre végétale est née.

Enrichie au travers des âges par des champignons, insectes, microbes, animaux de toutes tailles, feuilles et bois mort, excréments, son volume a peu à peu augmenté et de là est venue la terre arable.

Claude et Lydia Bourguignon, dans le livre Le sol, la terre et les champs, expliquent ces différentes influences de manière très simple :

La macrofaune regroupe les animaux visibles du sol [...], mammifères : les rongeurs creusent de longues galeries permettant à l'eau et à l'air de circuler ; les taupes forment des taupinières et assurent par là un bon mélange des couches de sol, creusent de nombreuses galeries et chassent les vers blancs, larves de hannetons voraces qui entraîne la mort du potager.

La mésofaune, visible également, comprend les invertébrés : crustacés (cloportes), arachnides (araignées et acariens), myriapodes (mille-pattes et iules), insectes, collemboles, protoures, thysanoures, mollusques, vers, nématodes. Ceux-ci se divisent en 3 groupes qui occupent chacun une tache particulière :

  • les épigés vivent et se nourrissent en surface, décomposent la litière et aèrent le sol, transformant les feuilles en dentelle ou les excréments en engrais ;
  • les endogés se nourrissent presque uniquement de racines mortes, permettant à l'air et à l'eau de s'infiltrer, et aux nouvelles racines de pousser ;
  • les anéciques, ou gros vers de terre qui brassent chaque année 300 à 1000 tonnes de terre/hectare via leur tube digestif, évitant le lessivage des sols.

Les micro-organismes, invisibles parce que microscopiques, sont animaux et végétaux, et tout aussi nombreux, sinon plus, et tout aussi actifs : ils mangent la matière organique ou les bactéries, éliminant les corps microbiens en excès et faisant de la place pour assurer le renouvellement des espèces.

Puis vient la micro-flore : champignons, algues, bactéries filamenteuses ou actinomycètes et bactéries :

  • les algues, ayant besoin de soleil, vivent à la surface du sol et se développent sur sol humide, fournissant de la matière organique et fixant l'azote ;
  • les champignons, dont certains ravissent nos papilles, forment des maillages très fins de mycélium et retiennent le sol, appelé stabilité structurale du sol. Ils décomposent également la lignine des plantes, source d'humus ;
  • les actinomycètes sont l'intermédiaire entre bactéries et champignons, d'aspect filamenteux ils sécrètent des antibiotiques et savent effectuer de très nombreuses réactions chimiques : germes thermophiles ils pasteurisent les déchets au compost, minéralisent la matière organique, participent à l'alimentation des plantes et fixent l'azote en symbiose avec certains arbres et arbustes ;
  • les bactéries, par leur extraordinaire variabilité biochimique, transforment toutes les substances du sol et les font entrer dans le monde vivant.

La terre végétale se renouvelle sans cesse et s'enrichit. Résultat du travail de toutes les vies qui la peuplent et la piétinent elle pourrait, si on l'abandonne aux chimistes de Monsanto & Cie et autres déboiseurs-fous, mourir engorgée par trop de polluants, lessivée et érodée, acidifiée...

Chateaubriand disait "La forêt précède les peuples, le désert les suit.", soyons plutôt ceux qui reverdissent le sahara, reverdissent leurs jardins et réapprennent à observer cette terre grouillante de vie de manière pédagogique, scientifique et même (voire surtout) avec les enfants !

Posez la question aux agriculteurs de votre entourage... Peu d'entre eux connaissent la réponse, la chose n'est en effet presque jamais enseignée ou évoquée en lycée agricole...

lundi 12 août 2013

Soupe de potimarron avec les restes du frigo

Une recette vite faite avec ce qui reste au frigo et sans presque aucune cuisson !

Il faut

  • un potimarron,
  • le reste de légumes qui traînent, 
  • un bouillon cube pour 1/2L d'eau (à adapter selon la taille de la soupe), goût au choix
  • eau bouillante (à la bouilloire, ça va plus vite :-P  )
  • pour agrémenter cette recette, crème fraîche (animale ou végétale) et gruyère râpé

Laver, couper, vider et tailler le potimarron en quartiers avant de le pré-cuire au four environ 30minutes, à 245°C.

Faire le tri dans le frigo : pour moi cette fois ce fut petits pois, oignons nouveaux et haricots verts et sauce à la bière...

Lorsque les quartiers de potimarron sont refroidis, retirer la peau et couper grossièrement, disposer le tout dans un saladier, ajouter un bouillon cube, ou plus, et verser l'eau bouillante.

Et là, c'est le plus compliqué de la recette : mixer... O:-)

Franchement, c'est vite fait, ça recycle ce qui menaçait d'acquérir son indépendance dans le frigo, et le p'tit goût de sauce à la bière ... miam !!!

Bref, on finit par une pointe de crème fraîche et on saupoudre de gruyère râpé, un vrai bonheur...

Tourte au potimarron sur pâte carnée

Une idée toute en sagesse innocence pour agrémenter cette tourte au potimarron sans abuser, mais tout en se régalant !!! Certes, ce n'est pas très végétarien, mais les indications vous permettront d'alléger et de revenir à plus de sérieux ;-)

J'ai donc préparé une pâte à pain au levain (déshydraté) en y ajoutant 50g de lardons, mais vous pouvez les remplacer par des cubes de tofu fumé ou quelques dés de fromage de votre choix.

Il faut

  • 300g de pâte à pain,
  • lardons, ou tofu fumé
  • potimarron, environ un tiers
  • un oignon,
  • 30g de gruyère râpé,
  • 2 c. à s. de crème fraîche, ou crème de soja ou de coco

Pour la recette de la pâte à pain, je l'ai trouvée sur le paquet de levain déshydraté, sinon il y en a aussi sur le site ou sur Youtube avec Jacky Dumas, ou demandez à votre moteur de recherche préféré...

Pendant que la pâte repose, je lave, coupe, vide et détaille le potimarron que je place au four pour une pré-cuisson de 30min à 245°C.

Lorsque les quartiers de potimarron sont refroidis, je coupe la chair en petits cubes et y ajoute un oignon finement émincé.

Disposer la pâte à pain dans le moule et laisser reposer encore un moment.

Faire chauffer le four à 245°C, et pendant ce temps préparer la tourte : badigeonner de crème et de gruyère, ajouter potimarron et oignon puis enfourner 30 à 35 minutes.

Servez dès la sortie du four et accompagnez d'une salade verte.

- page 1 de 15