Mam'zelle Valière

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mon p'tit coin de paradis

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 20 février 2014

C'est l'printemps !





C'est l'printemps ! Et je suis réveillée de mon hibernation !!!



J'ai déménagé dans le Ternois, un p'tit village très sympa où les voisins m'ont très bien accueillie !

La maison est simple mais sympa, et surtout le terrain qui l'entoure sera suffisamment grand pour que j'y déploie tout ce que je souhaitais faire, mais pas trop afin que je puisse le gérer malgré le handicap et les imprévus.

Merville était un joli rêve mais les contrariétés se sont accumulées sans que je puisse rien y faire, mes incapacités physiques étant plus importantes que prévu, et le voisinage n'était pas du meilleur...

Cependant, mes efforts ont convaincus ma mère que cette voie pouvait être intéressante, et elle a donc décidé d'investir dans une maison de 80m² avec 5000m² de terrain, à valoriser.

Dehors, il y a une partie jardin devant et derrière et une grande pâture. Une partie du jardin de devant accueillera bientôt les aromatiques. La pâture a été séparée en un tiers/ deux tiers : 1/3 pour accueillir un potager de plus de 300m², un parc pour cochon vietnamien (plus petits) de 80m² et un parc pour canards, avec une future mare, de 120m² ; le second espace servant à l'élevage de moutons et volailles, aménagé au fil des années de nombreux arbres fruitiers et de haies, essences originaires de la région pour favoriser le retour de la biodiversité, déjà présente dans les alentours.

Dedans, il y a une pièce qui pourrait être carrelée et transformée en salle blanche où transformer la production, et une chambre supplémentaire pour accueillir des hôtes ou des wwoofers... La chambre d'hôte aura besoin de quelques années, mais l'accueil en wwoofing devrait être possible dès cet été... Affaire à suivre...

Vous l'aurez compris : tout est à faire ! Le potager est progressivement paillé, entre deux tempêtes. 



Trois moutons d'Ouessant sont arrivés et s'acclimatent au terrain et à la patronne.

Et l'ail, planté à l'arrivée, commence à montrer quelques pousses...



Les premiers semis ont commencé : carottes, radis, laitue à couper, navets blancs et jaunes, épinards (dans les bandes de terreau), petits pois et pois gourmands, fèves (sous voile)...



J'ai hâte que ça pousse !!!

lundi 22 juillet 2013

Chantier à la ferme

Pour ce chantier de déchardonnage, en ce merveilleux 20 juillet, nombreux furent les participants qui, le matin ou l'après-midi, firent sa fête à cette cochonnerie qui pique nettoyèrent le terrain des chardons et aérèrent les oignons qui, malgré un retard certains, grossissent doucement mais sûrement.

Antoine était venu dormir là, comme ça nous y étions dès 7h30 ! Enfin, à coller des affiches que personnes ne vit, mais qui devaient aider à mieux trouver la maison... loupé... Vers 11H, arriva Olivier, ancien administrateur de Avenir 59/62, Élise et Yannick.

Une première moitié des oignons avaient retrouvé le jour vers midi trente. Un repas en auberge espagnole permis de goûter des cerises et pastèque, salade de légumes, flammenkueche et pâté de campagne.

Antoine parti, ce furent au tour d'Élise et Julius d'arriver pour profiter de la fin du repas, amenant avec eux un pesto de plantain maison légèrement aillé mais terriblement bon. Puis Olivier, Yannick et Élise partirent à leur tour et Gilles arriva pour grignoter un bout de pastèque et tous nous retournèrent au jardin.

16h, ce fut au tour de Sarah et Christophe de nous rejoindre, juste après que Yannick et Élise soient revenus du petit tour qu'ils devaient faire pour aller saluer d'autres gens.

Vers 17h, les 2 Élise, Yannick, Julius et Gilles repartirent, après avoir bien avancé : il ne restait que quelques dizaines de mètres mais Sarah et Christophe n'en firent qu'une bouchée !

Chaque groupe eut le droit à une visite des parcelles et explications des plantes, Gilles, Paysagiste-maraîcher, a encouragé fortement les cultures avec paillis et Olivier a proposé que d'autres chantiers soient organisé sitôt que le besoin s'en fera sentir.

19h, tout le monde était reparti, certains avec quelques graines de radis ou de coquelicots, laissant restes de pâtés et de pain, cerises et pastèque, et pesto de plantain.

Au-delà d'une certaine propreté retrouvée entre les oignons et aromatiques, et du délicieux repas, c'est aussi du tissu social qui s'est tissé un peu plus pour chacun, d'expérience pour les maraîchers débutants, prof ou conducteur de train, et beaucoup d'échange sur le quotidien et ceux qui n'avaient pu venir mais dont on demande toujours des nouvelles...

C'était vraiment une belle journée, un brin fatigante pour moi mais tellement enrichissante !!! 

Encore merci à tous ceux qui sont venus et à une prochaine !

lundi 15 juillet 2013

Chantier à la ferme

Et habillez-vous en clair : les taons sont nombreux cette année et leurs femelles plus affamées que des moustiques ! Mais en habits clairs, on est tranquille ;-)

samedi 15 juin 2013

Journal de bord

Après les 3jours de soleil de la semaine dernière, les cucurbitacées ont repris le dessus, et les quelques rayons de cette semaine les ont aidées à bien développer ce qui reprenait doucement le dessus.

Les feuilles atteintes d'oïdium ont séché et l'attaque est finie. Et quelques-unes qui avaient été mangées par les limaces sont revenues. Miracle !!!

7 des 8 variétés de pommes de terre pointent leurs feuilles, la dernière variété étant Mona Lisa, souvent considérée comme tardive, donc pas d'affolement.

Par contre, les chardons ont eux aussi profité du soleil, et s'en donnent à cœur joie, aussi bien dans les patates, pois et oignons, le désherbage va être laborieux...

Z'oisillons sous appentis

J'ai, depuis quelques mois, un téléphone portable qui fait presque tout, sauf le thé (j'suis pas café :-p ) et je m'amuse en sers pour tout un tas de choses : lire mes mais au toilettes, etc... O:-)

J'avais déjà fait des films mais celui-ci méritait d'être partagé ! Il s'agit d'oisillons qui nichent dans un appentis que je traverse plusieurs fois par jour, pépillent à qui mieux-mieux et m'avaient déjà éveillé la curiosité. Un soir, rentrant moins tard et fatiguée que d'habitude, j'ai pris l'escabeau et suis allée regarder de plus près ce qui se passait.

Apparemment, ce seraient des moineaux, ayant vu des adultes s'envoler, extraordinairement vite, de petite taille et couleur marron... Enfin, je peux me tromper, n'hésitez pas à me corriger si besoin !

samedi 1 juin 2013

Journal de bord

Soupirs...

Ce printemps est décidément peu propice aux cultures... Les fèves et pois ne sont qu'à 50cm de haut, ce qui est peu...

Les oignons stagnent... Les radis ont du mal à s'étoffer... Les pommes de terre ne pointent pas encore le bout de leurs germes...

Les chardons connaissent, par contre, une année florissante...

Quant aux cucurbitacées,

elles sont dévorées par les limaces et l'oïdium...

Alors j'essaie des trucs pour savoir ce qui sera le plus efficace contre les limaces. Ici, des coquilles d'œufs concassées :

Les haricots sont voilés : ce fin tissu les protégera du vent, adoucira la température ressentie et les gardera des appétits féroces des gibiers du coin ! Elles sont seulement au stade "départ de germe", un peu en retard mais elles arrivent, faut pas se montrer trop pressé...

Allez, Hauts les cœurs ! L'année ne peut pas être si pourrie que ça, le beau temps arrive !!!


Les p'tites bêtes...

J'ai enfin réussi à prendre un mâle grenouille en photo, après l'avoir suivi sur quelques mètres, supplié de ne pas bouger, promis une belle mare pour l'année prochaine... je crois que ce dernier argument a fait mouche ! O:-)

Une nuée d'étourneaux voletait près de moi ces derniers jours, et piaillaient joyeusement...

Des escargots aux coquilles délicates se baladent un peu partout...

Des jeunes araignées viennent d'éclore et découvre l'univers qui les entoure... Les araignées, si elles ne sont pas les bienvenues dans une maison, et encore moins dans mon lit ou au dessus de la douche, sont de formidables auxiliaires du jardinier, prédatrices infatigables, à l'appétit gargantuesque, elles traquent ou guettent, tissent des pièges ou bondissent sur la proie... Elles sont les léopards des mini jungles de vos jardins !

Une pie observait, du toit du voisin, son terrain de chasse, en quête d'une proie facile : moins on se fatigue, mieux on se porte ! La pie est un oiseau intelligent et joueur qui n'aime pas devoir se battre, sauf pour faire valoir ses droits sur ses congénères.

samedi 25 mai 2013

L'hirondelle ne fait pas l'printemps...

Certes, il fait toujours aussi froid et pluvieux... quoiqu'un magnifique soleil, à 13°C, a illuminé la journée. Presque une canicule...

Ce soir, en revenant de la plaine, j'ai été saluée par une hirondelle. Durant près de 5minutes, elle a tourné et retourné à quelques mètres de moi, passant au dessus des toits, frôlant la surface de l'étang, les rangs de salade de mon cédant, les hautes herbes où je me trouvais...

Elle passait si près de moi que j'avais l'impression de pouvoir la toucher...

Et j'observai son vol, puissant, rapide, vif, si précis, elle pouvait changer de direction avec tellement de souplesse...

Quel oiseau magnifique !

mardi 21 mai 2013

Pourquoi cet intérêt pour les p'tites bêtes ?

Je ne suis pas particulièrement fan des insectes, batraciens, z'oziaux... Quoique les Z'oziaux c'est mignon :-D (pardon, j'éteins le mode fifille...)

(larve de coccinelle versus pucerons, très vorace la demoiselle : elle ne leur laissera aucune chance !!!)

Si j'étais honnête, j'avouerai même que si ça ne se mange pas, ou n'est pas utile à ce qui ce mange...

Et de fait, de nombreux oiseaux, amphibiens et autres invertébrés sont très utiles au jardinier, voire à l'éleveur, pour maintenir un milieu sain, débarrassé de ce qui nuit aux cultures et élevages.

Ainsi, les papillons pollenisent, les hérissons mangent les vers blancs et mollusques, les oiseaux débarrassent les arbres des chenilles, les perce-oreille (ou forficule) dévorent les parasites suceurs (pucerons, etc...), les Gendarmes (ou punaises prédatrices, reconnaissables à leur carapace) traquent inlassablement les psylles, acariens, larves diverses... Et il y a encore les merles, coccinelles, crapauds, chrysophes, chauve-souris, chouettes et hiboux, araignées, et tant d'autres à accueillir, protéger, favoriser afin qu'ils deviennent de réels auxiliaires, que leur travail soit autant d'heure qui vous seront épargnées, autant de produits qu'il ne sera pas nécessaire d'acheter ou fabriquer, et autant de plantes qui ne seront pas ravagées par des attaques ciblées...

Visionnez le magnifique documentaire de Jean-Yves Collet, Guerre et paix au potager, que vous pourrez visionner ici ou acheter en dvd, pour encourager ce scénariste-réalisateur à nous offrir d'autres merveilles.

Vous trouverez nombre d'autres sites et documentaires sur les plateformes vidéo, selon votre région ou vos affinités? L'important, c'est que vous preniez en compte toute cette nature, et compreniez l'importance de ces interactions...

lundi 20 mai 2013

Les p'tites bêtes...

Suite du recensement des populations vertébrées et invertébrées des lieux...

Le chardonneret élégant : qu'il est beau !!!

En vrai, il est encore plus charmant, plus mignon, plus... C'est mon chat qui l'a vu le premier, et m'a attirée à lui : heureusement qu'il y avait la fenêtre pour le protéger !

Les fourmis noires et leurs œufs... toujours pas de reine par contre, donc vraisemblablement des nurseries

fourmisNoiresOeufs.jpg

 Elles logeaient dans le sac de terreau situé en dessous de celui où s'étaient installées les fourmis rousses... Comme quoi, la cohabitation, la tolérance, toussa...

Un couple de tourterelles turques, qui grignote mes pois...

Une grenouille rousse,

a croisé ma route, trop vite malheureusement pour que je puisse prendre une photo  : cette ranidae, petite brune, est en fait le mâle, sa femelle est deux fois plus grosse et d'un bel orangé.

vendredi 17 mai 2013

Les p'tites bêtes...

Il y a environ une semaine, j'avais vu voler près de moi une libellule, ou du moins odonate, mais elle était passée si vite que je n'avais eu le temps de la photographier.

Hier, j'ai eu l'immense chance d'en voir 3, à différents endroits, apparemment toutes de la même espèce, comme endormies accrochées sur le brin d'herbe auquel elles s'accrochaient...

Le nom de ma ferme est bien choisi, les anisoptera y chassent les moucherons et moustiques (contrairement à ce que je pensais), dorment et déposent leurs œufs sur les végétaux flottant sur l'eau des étangs. Ils passeront deux ans dans l'étang avant de devenir hélicos de combat.

Dans un autre genre, celui des formicidae, de type plus rousse que rouge, un sac de terreau accueillait une nouvelle colonie de fourmis : le transport l'avait en effet un peu malmené et un p'tit trou leur avait permis de s'introduire à l'intérieur... Ça devait être un vrai paradis pour elle : terre meuble, riche, environnement préservé par le sac...

Hélas, j'ignorais tout de leur présence et ai gaillardement pris le-dit sac, l'ai ouvert de tout son long et transvasé dans un chariot... Pardon...

Les ouvrières se sont retrouvées pêle-mêle, les larves bousculées, les œufs mélangés... et la reine ?...

photo by Osho

Avec tous les vers que je tranche à la bêche en ce moment, je crains que cette partie de mon karma n'aille pas en s'arrangeant... Mais bon, d'un autre côté je leur fais plein d'autres installations et aménagements de terre qu'ils devraient apprécier, espérons que cela contre-balance !!!

jeudi 16 mai 2013

Les p'tites bêtes...

Grâce à Antoine, venu la semaine dernière, et après avoir tendu l'oreille et causé avec mon cédant, voici quelques espèces d'oiseaux présents sur les lieux :

Faucon crécerelle : régulièrement, je le vois planer sur place, en chasse, puis il fonce vers le sol...

Vanneau : je ne l'ai pas encore vu, mais on l'a repéré au son... il chante comme une console de jeu électronique, on peut pas le rater !

Pic vert : selon mon cédant, pas encore entendu mais la parcelle fait plusieurs hectares donc je ne désespère pas :-)

Alouette : elle a un adorable chant et la manie de parfois s'envoler à quelques mètres du sol, rester un instant comme un faucon puis redescendre, le tout avec son joli sifflet qui enchaine les trilles...

Coucou : l'un des premiers oiseaux que mon grand-père m'ait appris à reconnaître...

samedi 11 mai 2013

Journal de bord

Aujourd'hui, encore beaucoup de pluie, ce matin, puis cette aprèm', et du vent à 70km/h : que du bonheur !!!

J'ai donc bougé 33 sacs de terreau (amenés sur le terrain avec l'aide de Wilfrid quelques jours auparavant), et les ai réparti là où ils devront être répandus.

Puis j'ai eu la chance de croiser 2 magnifiques chevaux Traits du Nord

qui m'ont offert un peu de leur crottin qui a directement rejoint le tas de compost.

Les semis et désherbages de pois sont finis, grâce à l'aide de Antoine B., venu en renfort jeudi et vendredi.

Restent encore les oignons à terminer, normalement demain et lundi, si je ne meurs pas noyée sous cette fichue pluie ! Plus sérieusement, la terre étant très argileuse, je ne dois pas y marcher lorsqu'elle est humide, au risque de la tasser.

Enfin, je vous présente mes chariots de jardin, remplaçant la brouette qui se manie à 2 mains là où je ne peux compter que sur 1...

Le chariot petit modèle, qui transporte jusque 250kg sur terrain plat, au moins 2 sacs de terreau, 8 seaux de sable, et tout mon petit matériel !

Le chariot grand modèle, qui transporte jusque 600kg sur terrain plat, au moins 5 ballots de paille, 75kg de pomme de terre à planter, mais doit être correctement chargé au risque de se renverser.

vendredi 3 mai 2013

Journal de bord

Toutes les patates sont plantées et paillées. Entre chaque variété, une voie emplie de terreau, butte plate, accueillera poirées, panais, betteraves. 

Le printemps continue de nous enchanter avec cette nouvelle vie à qui je souhaite plein de belles chasses !

J'ai dû acheter un chapeau de paille : la casquette tient chaud et/ou protège du soleil mais ne protège pas mes oreilles... qui cramaient... Donc chapô !!! je n'suis pas douée pour prendre la photo mais je ne pouvais pas résister au plaisir de partager ma tête (de clown) avec ce nouveau couvre-chef !

La Cucaracha, la Cucaracha, Ya no puede caminar...

Et, du 22 au 26 mai, pensez à La fête de la nature !

La Fête de la Nature a été créée en 2007 sur l’initiative du Comité Français de l’Union Internationale de Conservation de la Nature et du magazine Terre Sauvage avec pour l’objectif de, tous ensemble, célébrer la nature chaque année.

Papillon.gif

La Fête de la nature, ce sont 5 jours de manifestations gratuites au contact direct de la nature, pour permettre à tous les publics de la découvrir ou la re découvrir.

Des milliers de manifestations sont ainsi organisées par les associations de conservation et d’éducation à la nature, les collectivités locales, les établissements scolaires, les entreprises, les particuliers… sur tout le territoire français, en métropole et en Outre-mer, dans les villes comme à la campagne, mais aussi en Suisse, au Portugal, aux Pays-Bas.

La Fête de la Nature se déroule chaque année au mois de mai, à une date proche (sauf exception) du 22 mai, date de la journée internationale de la biodiversité.

 Depuis 2009, la Fête de la nature est coordonnée en France par l’association éponyme, qui rassemble l’ensemble des organisateurs nationaux et partenaires de l’événement et œuvre pour accompagner les organisateurs de manifestation et porter la communication nationale de l’événement.

2013, cherchons les petites bêtes !

Pour sa 7e édition, la Fête de la Nature propose de porter le regard sur les petites bêtes en tous genres. Elles sautent, elles rampent, elles volent, elles se cachent dans les maisons, dans les herbes, dans le sol, sous les algues, dans les fissures... A vos loupes ! Pour partir à la recherche des plus petits des animaux.

Mon jardin ne sera pas, cette année, ouvert au public, ayant beaucoup trop à faire et à découvrir, mais j'espère bien être au rendez-vous l'année prochaine !

lundi 29 avril 2013

Journal de bord

coeur-patate.jpg

Les terres sont peu à peu occupées, les cultures se poursuivent. Les pommes de terre arrivent, sous paille, et sont au nombre de 4 pour celles cultivées (Bernadette, Rouge des Flandres, Blanche, Raja), et 2 pour ma consommation personnelle (Sirtema et Mona Lisa). Restent encore Ditta et Bleue des Flandres, mais j'aimerais attendre une semaine encore, que les nuits s'adoucissent. plant_patate.jpg Entre chaque, des voies accueilleront bientôt des buttes de terreau pour les betteraves, bettes, panais.

Les oignons sont plantés peu à peu, ainsi que les herbes, chaque fois intercalés de buttes ou simples routes d'oignons et radis : ces derniers seront bientôt prêts pour une première cueillette !

fev_sabl.jpg

Les pois et fèves sortent de terre et se développent correctement, parfois attaquées par des limaces, mais le sable devrait maintenant les protéger.

lign-pois-sabl.jpg

La vie au jardin est assez douce, bien qu'encore assez fraîche, avec des matins où les cristaux de gel se disputent la place avec les gouttes de rosée... Les oiseaux sont ici très présents, et emplissent les journées de leurs chants et de leur vol... Un couple de cygne m'a survolé, passant vers l'est, semblant faire la course... Un crécerelle chasse, des moineaux et autres passereaux s'activent à chasser dans les buissons, les colverts semblent préparer une nouvelle couvée, la précédente ayant subie la dure loi de la vie...

Certaines tâches m'ont quelque peu fatiguée, entraînant comme des courbatures mais bien plus douloureuses... qu'à cela ne tienne, je me repose alors, attendant quelques heures, parfois la journée, que l'épaule se détende, que le nerf fémoral se relâche... Je m'y attendais, cela fait partie de la rééducation, et de fait je progresse ! Alors Hauts les cœurs !

lundi 15 avril 2013

Journal de bord

Hier, Dimanche 14 avril, je suis allée planter de l'oignon :-)

J'ai d'abord amené les cagettes de plants, bonbonnes d'eau et autres outils nécessaires, et en arrivant dans la parcelle j'ai découvert ça :

Ô bonheur ! Me voici marraine d'une adorable couvée de canetons type colvert ... (j'ai compté 9 canetons au plumage tigré et un jaune). Surprise, je passais à côté de la mare en faisant l'air de rien, pour ne pas affoler mon petit monde. Au Seconde passage, j'avais choisi un chemin qui devait éviter la mare et là, surprise : la cane avait quitté la mare pour un endroit isolé, au bord de ce nouveau chemin... Troisième passage, je suis donc repassée par le chemin le plus court, qui passe près de la mare, mais toujours l'air de rien...

Et au retour, ô horreur, j'aperçois l'un des canetons seul, perdu, piaillant au secours... Ni une ni deux, j'accours pour le sauver... et là je rejoue la vieille scène de course après un volatile sauvage... un truc à tomber à l'eau ! Mais heureusement, il n'en fut rien, et je réussis à attraper le-dit oiseau grâce à une branche morte, sans blesser l'animal bien sûr :-P (c'est le jaune, ici sur la photo)

L'après-midi, après avoir fini les plantations pour la journée, j'allais chercher de l'eau à la mare, et la cane me laissa faire tout en continuant de manger, j'en profitais donc pour m'asseoir 5minutes, et respirer l'air adouci en me laissant attendrir par les jeunes.

video0007.3gp

La seconde fois, je pris mon téléphone et les filmait. La troisième fois, je prie quelques photos. Chaque fois, après avoir rempli mes bidons et arrosoir, j'ai pris le temps de les regarder. La mare n'est pas bien grande, et les canetons s'approchaient jusqu'à moins d'un mètre... Et même, elle s'endormira alors que je suis assise à deux mètres... Je fonds rien que d'y repenser...

Quelques grammes de finesse dans un monde de (brutes) gel et de pluie empêcheurs de planter tranquille ! C'est beau quand même une terre sans pesticides, insecticides, labour...

P.S.: Lundi 15 avril, les libellules ont le regret de vous annoncer le décès du caneton jaune sauvé hier... Aucune blessure, rien qui indique quoique ce soit sur les circonstances de sa mort.

dimanche 7 avril 2013

Journal de bord, premier mois

Temps pourri !!! D'abord de la pluie, de la neige, puis du froid, rien ne pousse, si tant est que je puisse semer, ce qui n'a été le cas que deux fois jusque maintenant : le 6mars et cette semaine... Pourquoi je suis le calendrier lunaire moi déjà ?... enfin...

Mon cédant dit qu'il ne sert à rien de vouloir se précipiter, parce que de toutes façons ça ne pousserait pas plus vite... Il est imparable mon cédant, il connaît sa terre : il y est né, y a toujours vécu, et toujours été paysan, depuis aussi loin que son arbre généalogique s'en souvienne, alors je l'écoute, lui et sa patience... Il m'apprend beaucoup, sur la façon dont sa terre respire, les histoires de croissance de ses plantes, leurs petits soucis et les grands froids de telle ou telle année...

Il parait qu'on aura du vent d'est pendant encore au moins un mois, un dicton que je lui demanderai de me redire pour le noter car il semble encore efficace celui-ci. Le vent ne me dérangerait pas s'il ne faisait pas -40°C... Passer la grelinette par ce temps c'est ingrat !!!

Je n'ai pas encore eu mal, je me suis fatiguée quelques fois mais pas blessée là où le handicap taraude, c'est déjà ça : je sais, je sens quand je peux forcer ou pas, j'ai emmener 34sacs de terreau de 70L sur le terrain, 2 par 2, dans mon petit chariot de jardin, puis 10sacs d'engrais de 25kg, 2 par 2 là aussi. Au début, je faisais 4 aller/retour puis repos, ce qui représentait 2h de travail. J'ai fini par emmener, en 2h30, les 10sacs de terreau. Y a du progrès !!! Comme une endurance qui se crée...

La grelinette non plus ne m'a pas blessée, fatiguée simplement, et réveillé des muscles que je ne pensais pas avoir au niveau des épaules...

J'ai pu nettoyer mon squat qui est maintenant tout propre, recevoir la famille pour lui montrer mon nouveau chez moi, et mes espoirs, aménager l'espace et commencer à apprivoiser le temps, me levant à 5h30 maintenant, et me couchant vers 21h avec un bouquin : y a décidément rien à la télé !

Et je trouve progressivement mon équilibre, heureuse quand je suis lasse et courbaturée, fière de ce que je fais, pouvant voir les résultats de mes efforts...

à suivre...

11 avril 2013 : temps pourri, encore... J'ai malgré tout pu procéder à quelques semis de fleurs sauvages, mellifères et amies des papillons, du genre de celles-ci.

Vivement l'printemps !