Mam'zelle Valière

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 6 novembre 2014

Croque-monsieur de ma grand-mère

C'est l'un de mes Must, une recette-plaisir sur laquelle je fonds, craque, me rue et me gave... O:-)

Ingrédients
  • pain coupé de type Boulot (le pain de mie est plus cher, et ma grand-mère est comme beaucoup de grand-mère : économe :-D )
  • œuf
  • tranches de jambon de Paris
  • gruyère râpé
  • beurre
Elle commençait par séparer le pain en quantité de couples de tartines qu'elle ouvrait et beurrait l'extérieur. Autant qu'il faudrait pour les gourmands réunis ce jour-là.

Elle coupait le jambon en petits morceaux, carrés ou allumettes.
Elle mélangeait ensuite quelques œufs pour une omelette et y ajoutait le jambon tranché et le fromage.



Enfin, elle "bâtissait" ses croques en prenant soin de laisser le côté beurré à l'extérieur.
Lorsque l'appareil était chaud, elle cuisait et apportait, au fur et à mesure, les délicieux sandwichs chauds à table : si aujourd'hui je les cuisine à table, elle ne pouvait imaginer mettre l'appareil sur la table et servait chacun jusqu'à satiété, attendant de fait pour manger à son tour... Oui, c'était une autre époque, et n'allait pas croire que vous l'auriez fait changer d'avis tant qu'elle fut en bonne santé : elle tirait une grande fierté de nourrir son monde et manger à la catapulte pour satisfaire chacun...



Quoiqu'il en soit, ses croques étaient fondants, délicieusement parfumés et (merveilleusement gras mais)tellement bons O:-)
Aujourd'hui, je ne beurre plus le pain avant de faire les croques pour épargner quelques calories, et du coup j'en mange un de plus :-P

mercredi 2 octobre 2013

Préparation du Râmen selon Nipponia

Autre recette, toute aussi bonne, variant selon les régions, du fameux Râmen(prononcez laamène).... et avec la traduction, au cas où... O:-) Le tout provenant du merveilleux site Nipponia, où vous trouverez moult informations sur le Japon, sa culture, ses us et coutumes, et bien évidemment sa gastronomie !!!

Vous trouverez la recette de sa petite sœur ici ;-)

Image

Avant-plan : Un ramen préparé à l’ancienne, baignant dans un bouillon léger relevé à la sauce de soja. Ce type de ramen s’est fait rare de nos jours, car on préfère un bouillon généreux et opaque. Au fond à droite: Un ramen nageant dans un bouillon à la pâte miso, avec garniture de ciboule (oignon d’hiver) émincée.

手前:こってりと濁ったスープのラーメンが主流の昨今、希少ともいえる、昔ながらのさっぱり味の醤油ラーメン。 奥:ねぎ味噌ラーメン


Image

Porter à ébullition une grande quantité d’eau dans une grande casserole. Ajouter des os de poulet, ail, gingembre, poireaux, carottes, oignons, algues kombu, et autres ingrédients suivant son goût. Laisser cuire plus de 4 heures à petit feu pour que se constitue le bouillon.

鍋にお湯を沸騰させたら、鶏ガラ、にんにく、しょうが、ねぎ、人参、玉ねぎ、だし昆布などを入れ、弱火で4時間以上煮込みスープを作る。


Image

Laisser mijoter une pièce de porc dans un fond de sauce de soja, saké et glutamate de sodium. Le jus de viande ainsi obtenu ira s’ajouter au bouillon pour l’enrichir. Verser ce jus de viande dans de larges bols à soupe avec des poireaux ciselés ou effiles.

豚塊肉を醤油、酒、うまみ調味料で煮込み焼豚を作る。焼豚の煮汁がスープのタレになる。このタレを丼に入れ、ねぎの輪切りを加える。

Image

Porter l’eau à ébullition dans une autre casserole. Laisser tomber les nouilles en les démêlant légèrement dans l’eau bouillante, les laisser cuire 1 minute en couvrant la casserole. (Les nouilles cuiront plus vite à haute température avec le couvercle sur la casserole).

スープと別の鍋に湯を沸かし、麺をほぐし入れ、蓋をして1分ほどゆでる。蓋をすることにより、湯の熱が逃げずに高温、短時間でゆで上がる


Image

Pendant que les nouilles sont à bouillir, ajouter un peu de bouillon au jus de viande mis en réserve dans les bols à soupe et bien mélanger.

麺をゆでている間に、丼にスープを入れ、タレを溶きのばす。


Image

Lorsque les nouilles sont cuites, les retirer à l’aide d’une passoire que l’on secouera plusieurs fois d’un vigoureux mouvement de haut en bas pour en exprimer l’eau excédentaire et les plonger dans la soupe qui attend dans les bols.

麺がゆで上がったら網じゃくしですくい取り、水気をよく切って、丼のスープに加える。


Image

Garnir de tranches de porc mitonné, de tranches de pousse de bambou marinée, de feuilles de komatsuna bouillies et égouttées, ainsi que de tranches d’œuf dur.

薄切りにした焼豚、メンマ、ゆでて水気を切った小松菜、ゆで卵などをのせる。


P.S.: J'ai testé cette recette ce week-end avec une carcasse de poulet et j'en ai été totalement bouleversée !!! Le bouillon est si simple, et pourtant si bon, et ça cuit tout seul, pas besoin de le surveiller ou rester à côté... C'est la meilleure recette de bouillon japonais que j'ai cuisiné depuis longtemps !

lundi 12 août 2013

Soupe de potimarron avec les restes du frigo

Une recette vite faite avec ce qui reste au frigo et sans presque aucune cuisson !

Il faut

  • un potimarron,
  • le reste de légumes qui traînent, 
  • un bouillon cube pour 1/2L d'eau (à adapter selon la taille de la soupe), goût au choix
  • eau bouillante (à la bouilloire, ça va plus vite :-P  )
  • pour agrémenter cette recette, crème fraîche (animale ou végétale) et gruyère râpé

Laver, couper, vider et tailler le potimarron en quartiers avant de le pré-cuire au four environ 30minutes, à 245°C.

Faire le tri dans le frigo : pour moi cette fois ce fut petits pois, oignons nouveaux et haricots verts et sauce à la bière...

Lorsque les quartiers de potimarron sont refroidis, retirer la peau et couper grossièrement, disposer le tout dans un saladier, ajouter un bouillon cube, ou plus, et verser l'eau bouillante.

Et là, c'est le plus compliqué de la recette : mixer... O:-)

Franchement, c'est vite fait, ça recycle ce qui menaçait d'acquérir son indépendance dans le frigo, et le p'tit goût de sauce à la bière ... miam !!!

Bref, on finit par une pointe de crème fraîche et on saupoudre de gruyère râpé, un vrai bonheur...

Tourte au potimarron sur pâte carnée

Une idée toute en sagesse innocence pour agrémenter cette tourte au potimarron sans abuser, mais tout en se régalant !!! Certes, ce n'est pas très végétarien, mais les indications vous permettront d'alléger et de revenir à plus de sérieux ;-)

J'ai donc préparé une pâte à pain au levain (déshydraté) en y ajoutant 50g de lardons, mais vous pouvez les remplacer par des cubes de tofu fumé ou quelques dés de fromage de votre choix.

Il faut

  • 300g de pâte à pain,
  • lardons, ou tofu fumé
  • potimarron, environ un tiers
  • un oignon,
  • 30g de gruyère râpé,
  • 2 c. à s. de crème fraîche, ou crème de soja ou de coco

Pour la recette de la pâte à pain, je l'ai trouvée sur le paquet de levain déshydraté, sinon il y en a aussi sur le site ou sur Youtube avec Jacky Dumas, ou demandez à votre moteur de recherche préféré...

Pendant que la pâte repose, je lave, coupe, vide et détaille le potimarron que je place au four pour une pré-cuisson de 30min à 245°C.

Lorsque les quartiers de potimarron sont refroidis, je coupe la chair en petits cubes et y ajoute un oignon finement émincé.

Disposer la pâte à pain dans le moule et laisser reposer encore un moment.

Faire chauffer le four à 245°C, et pendant ce temps préparer la tourte : badigeonner de crème et de gruyère, ajouter potimarron et oignon puis enfourner 30 à 35 minutes.

Servez dès la sortie du four et accompagnez d'une salade verte.

dimanche 4 août 2013

Compote de Azuki au chocolat

Pour ce goûter dominical improvisé, j'avais au frigo depuis quelques jours un reste de azuki cuits nature qui avaient fait mon bonheur en accompagnement.

Mais depuis un moment je souhaitais les cuisiner sucrés, me rappelant un gâteau mangé dans mon salon de thé préféré...

Aussi, cette après-midi, après avoir bien travaillé, je me suis mise en recherche de la recette, sachant que je devrai l'adapter car je n'ai plus d'œuf...

J'ai trouvé une chouette recette chez Cake's Anatomy, que je ne manquerai pas d'essayer à l'occasion, et je l'ai adaptée aux ingrédients disponibles : une pure merveille !!!

Il y avait donc

  • 130g d'azuki,
  • 10g de beurre,
  • 30g de chocolat.

Facultatif : 5ml de crème fraîche.

J'ai pris du chocolat noir, à 70% de cacao, mais à 52% aurait été moins fort en goût, d'où la crème fraîche...

J'ai fait réchauffé les azuki avec le beurre à feu doux, et ai commencé à les écraser à la fourchette, avant d'ajouter le chocolat cassé en petits morceaux.

Je l'ai ensuite versé dans un bol et, à la première cuiller, ai trouvé que le goût était un peu trop cacaoté : j'ai donc ajouté une pointe de crème fraîche.

Servi avec un mug de lait froid, que du bonheur !!!!

jeudi 25 juillet 2013

Bœuf à l'échalote, riz et petits pois


(mon rêve...)

Un vrai repas de sumo, rien que pour moi, miam !!! Peu conseillé pour le soir parce que parfois difficile à digérer, mais je vais le manger tôt et j'ai un estomac à presque toutes épreuves !!!

D'inspiration asiatique, mais avec les moyens du bord... à adapter, varier, ... Osez ;-)

Il m'a fallu

  • du bœuf, ici des steak que j'ai émincé en petits bouts,
  • des échalotes, émincées également, et en séparant le vert du blanc,
  • un reste de petits pois,

  • du riz, ici japonais,
  • 100ml de sauce soja minima,
  • 2 bouillons cube de bœuf,
  • une cuiller à soupe de miel,
  • de l'eau, pour moi eau de source.

Commencer par éplucher et tailler bœuf et échalotes, réserver.

Mettre le riz à cuire, ici à la vapeur.

S'occuper des petits pois, moi j'avais un reste que j'ai réchauffé avec un bouillon cube et un peu d'eau, mais utilisez ce que vous avez : frais à écosser et cuire à la vapeur, en boîte au micro-ondes, à vous de voir !

Lorsque riz et pois sont en cuisson, s'occuper de la viande : elle demandera toute votre attention, donc mettez l'enfant dehors et le chien au dodo, ou l'inverse ;-)

Chauffer une poêle, ou un wok, au maximum de ce que permet la plaque de cuisson : il faudra travailler en remuant tout le temps ou presque, avec une paire de baguette pour moi, d'autres avec une cuiller. Ajouter une goutte d'huile si vous le désirez puis verser la viande pour qu'elle saisisse.

Lorsque la viande est bien saisie, ajouter les échalotes émincées, remuer régulièrement afin qu'elles deviennent transparentes puis ajouter une cuiller de miel, en remuant toujours. Si vous aimez l'ail, c'est aussi le moment d'en mettre un peu...

Le miel va produire de petits bouillons, remuer surtout afin qu'il caramélise sans cramer ;-)

Ajouter ensuite un bouillons cube de bœuf : si vous aimez manger très salé, mettez-en deux. Ajouter 100ml d'eau et laisser les liquides pénétrer et parfumer la viande, tout en remuant toujours régulièrement. 

Enfin, verser la sauce soja, au minimum 100ml, afin de rétablir l'équilibre salé/sucré et parfaire le glaçage de la viande. Réduire fortement, voir éteindre le feu, selon que vous travaillez sur gaz, halogène ou induction : l'idée est ici de terminer la cuisson tout en douceur, contrairement au commencement, afin que la sauce soja puisse enrober les dés de viande et les colorer...

Il ne reste plus qu'à dresser : disposer les pois dans un bol avec un peut de leur bouillon, le riz dans un autre bol, plus grand, recouvert de viande et décoré de quelques brins de vert d'échalote.

Servir aussitôt, la gourmandise ne supporte aucun délai !!!

samedi 13 juillet 2013

Soupe d'oreilles

Il est bien ce titre !!! C'est de l'argument pour enfants turbulents : "Si t'es pas sage, soupe d'oreilles !!!" :-D

Orecchiette sont des petites pâtes rondes légèrement bombées, à la forme d'oreilles, que j'ai trouvé chez De Cecco, mais d'autres producteurs en proposent : mon grand-père était Barilla et rien d'autre, moi j'fais pas d'racisme :-P

En plus des pâtes, il faudra des légumes, ceux du moment (pour moi ce soir des pois gourmands cueillis ce matin, un autre jour ce seront peut-être des oignons, carottes, fèves...), un œuf ou une tranche de rôti de porc froid accompagnant un bouillon cube de poule, ou un os à moelle avec un bouillon cube de bœuf, et un peu d'fromage râpé, au choix : gruyère, emmental, parmesan, provolone...

Laver, éplucher et tailler les légumes selon vos envies.

Cuire les pâtes dans une grande casserole d'eau bouillante. Les retirer avec un écumoire et les disposer dans les bols (avec une noisette de beurre).

Laisser reprendre l'ébullition et blanchir les légumes : lorsque l'ébullition reprend, les sortir avec l'écumoire et garnir les bols.

Pocher l'œuf ou l'os à moelle, émincer le porc, et disposer sur les pâtes, enfin délayer le bouillon cube dans le volume nécessaire et verser dans les bols.

Disposer un peu de fromage pour la déco, mais disposez des ramequins et ne prenez qu'une pincée à chaque cuiller afin d'en savourer toutes les saveurs...

mardi 25 juin 2013

Émincé de porc aux champignons noirs et variantes

Hier, j'me suis cuisiné un émincé de porc aux champignons noir, saisi à l'huile d'olive et mijoté à la sauce soja et miel de fleurs... Que du bonheur !!! Accompagné de riz Basmati et lentilles noires dites Beluga cuisinés vapeur, c'était un déjeuner tout simplement fabuleux !!!

La recette en est simple : émincer une escalope de porc, réhydrater et émincer quelques champignons noir, éplucher et émincer un oignon ou une échalote.

Dans une poêle chaude ou un wok, saisir la viande, ajouter l'oignon pour colorer, mouiller d'une ou 2 cuillers de sauce soja et un peu de miel, laisser pénétrer un peu puis mouiller avec 10cl de bouillon de volaille. Laisser mijoter à feu vif mais pas fort durant 10minutes, c'est prêt !

Aujourd'hui, J'ai désherbé des pois en vue de récolte(s) prochaine(s) et ai ramené quelques pois gourmands et une fève pour le déjeuner, et je les ai préparé pour compléter mon reste d'hier et cuit des nouilles chinoises pour changer un peu.

Après avoir lavé et préparé les pois, saisir dans une cuiller d'huile d'olive dans une poêle ou wok chaud, puis ajouter le reste d'émincé de porc afin de le réchauffer. Tout retirer et réserver.

Verser dans la poêle 2L d'eau et, à l'ébullition, verser les nouilles qui n'auront besoin que de 5minutes pour cuire.

Disposer les nouilles dans un bol, jeter la moitié de l'eau de cuisson, voire les 3/4, grasse, puis verser l'autre moitié sur les nouilles : cette eau est devenue bouillon et aura un délicieux goût. Et servir aussitôt !

mardi 28 mai 2013

Soupe de fanes de radis

Sur les conseils d'une gourmande passée la semaine dernière, je m'étais préparé une soupe de fanes d'orties de radis (oups), pure merveille au délicieux goût de verdure !!!

Mais j'avais oublié de prendre les photos, batterie vide...

Alors je viens de m'en faire une, rien que pour vous !... et pour mon estomac aussi O:-)

Il vous faudra une pomme de terre, un peu d'oignon , de l'eau et les fanes de radis. Perso, j'avais plus d'oignon ni d'échalote, alors j'ai compensé par un bouillon cube légumes, sans sel.

Éplucher l'oignon et émincer quelques centimètres, puis la pomme de terre, à couper ensuite en dés.

Dans une casserole, faire fondre un petit morceau de beurre et dorer oignon et pomme de terre. Mouiller avec un peu d'eau (entre 300 et 450ml/personne) et laisser cuire.

Ajouter les fanes de radis coupées grossièrement et laisser encore quelques minutes : moins de 5, afin de ne pas dénaturer la verdure et ne pas trop perdre en vitamines et minéraux. Mixer.

Moi j'aime bien rajouter une pointe de crème fraîche avant de déguster ! Et comme c'est le midi et que la faim est un peu plus grosse que le soir, j'ai (aussi) mangé les radis avec un peu de pâté de campagne et des petits pains maisons.

lundi 27 mai 2013

Recettes pour Bleue d'Artois

Ferme et délicate au goût, la pomme de terre Bleue d'Artois offre des camaïeu d'indigo qui réveillent tous vos plats !

Comme sa chair se tient, on peut cuire la avec une viande au jus ou en poêlée de légumes, sans craindre l'effet purée !

Râpée à cru, elle offrira de merveilleux paillassons ou de délicieux fonds de tartes très surprenants : dans un saladier, ajouter un œuf battu, quelques épices comme du sel ou de la muscade, et verser la préparation dans le plat à tarte en relevant un peu les bords pour illustrer une pâte. Enfourner au four froid durant une trentaine de minutes, puis garnir avec les ingrédients choisis, comme par exemple des cubes de blanc de poulet, des rondelles de carottes, petits bouquets de brocolis, pour un repas tout en couleur...

En purée, vous prendrez soin d'ajouter œuf et/ou beurre mais, si vous ne voulez pas gâcher la couleur, vous n'utiliserez pas de crème fraîche, qui adoucit la couleur. Sauf si vous souhaitez un turquoise !

En chips, elle égaillera votre table.

Et en frites, patates sautées, pommes dauphine, cubes rissolés, ... Osez !!!

dimanche 26 mai 2013

Pâte à tartiner au chocolat & noisette

Aujourd'hui n'est pas vraiment une bonne journée pour moi, douleurs-douleurs, alors j'ai décidé de me cuisiner un p'tit truc sympa qui aidera à ne pas perdre le moral !!!

J'ai cherché sur le net des idées, moi qui maintenant en manque tant... Et j'ai trouvé chez Chef Nini une recette de crêpe qui m'a donné envie :-)~ [j'ai ajouté un soupçon de poudre de cardamome, d'écorce d'orange et de galanga, pas assez pour que cela se repère clairement mais suffisamment pour adoucir le goût légèrement teinté de réglisse dû à la stévia, utilisée pour remplacer le sucre, pas pour les calories mais juste le fun... :-D ) Sauf que douleurs-douleurs, donc j'ai un peu triché... O:-)

Et pour accompagner les crêpes, quoi de mieux qu'une délicieuse pâte à tartiner au chocolat & noisette ?

Ça, c'était pas trop compliqué, il m'a fallu 200g de chocolat noir, 2 cuiller à soupe de Miel & noisette, et 5ml de crème fraîche liquide (ou un chouïa plus pour les gourmandes...).

La préparation Miel & noisette nous vient de Jean Hervé, producteur de pâtes d'amande, mélanges apéritifs, fruits sec, sucres glace ou aromatisés, purées de fruits, pâtes à tartiner, boissons lactées végétales... Bio, équitable, délicieux...

Bref, j'ai donc mis dans une casserole le chocolat en morceaux, la pâte de miel & noisette et la crème, chauffé doucement et laissé fondre tranquillement pendant que ma pâte à crêpe repose au frigo et que j'écris cet article.

Je l'ai ensuite partagée dans 2 ramequin : un pour ce soir et un autre pour plus tard, cette préparation se conservant quelques jours au frigo.

Et voici le résultat sur une crêpe, miam !!! La pâte se tartine très bien, elle a peu solidifié, et fond sur la dernière crêpe posée... :-)~

P.S.: Finalement, je n'ai utilisé que la moitié d'un ramequin pour mon souper, je vais peut-être congeler le second... à suivre !

jeudi 16 mai 2013

Mini hamburger maison

Bon, alors je sais, je ne devrais pas, mais parfois le soir aussi j'ai très faim ! Et puis j'avais cuit des pains faits maison ce matin, et puis... j'en avais envie !!! :-P

Donc, ce soir, j'me suis préparé un mini-hamburger à l'ail confit, ortie, échalote, gouda et steak bio ! Avec un peu de ketchup bio, c'était un pur régal !!!

Commencer par tout préparer avant cuisson, ça ira très vite donc tout doit être prêt : éplucher l'échalote et émincer, en partageant le vert du bulbe, réserver. Émincer l'ail confit, réserver. Rincer les feuilles d'orties, réserver. Couper le gouda à la taille du pain.

 

Dans une poêle, blondir les bulbes d'échalote émincés, puis ajouter l'ail confit, puis les feuilles d'orties et terminer par les verts d'échalote émincer, retirer du feu. Cuire le steak selon votre goût.

Couper le pain et le griller, déposer de suite une tranche de gouda sur chaque tranche, puis les alliacées dorées, napper d'un peu de ketchup, déposer le steak et recouvrir avec la seconde partie de pain/gouda/alliacées.

Et dégustez cette petite merveille, ce bonheur aux goûts de verts et de frais !!! Un vrai hamburger de printemps, et diététique avec ça...

mardi 7 mai 2013

Ramen aux feuilles de cerisier

Variante de cette recette, cette soupe vite préparée le matin est l'un de mes petits déjeuners préféré !!!

Ce matin, je l'ai faite avec des nouilles roses, parfumées et agrémentées de feuilles de Sakura, cerisier japonais : on voit des petits bouts verts dans les pâtes, traditionnelles et préparées à l'ancienne, à découvrir sur ce site.

Il faut de la soupe miso et quelques garnitures pour agrémenter cette soupe : pour moi ce seront des copeaux de bonite, de l'ail et échalote verts finement émincés, et quelques brins de nori.

Pour la recette à suivre, allez voir ;-) Cependant, juste un détail : j'ai triché pour le bouillon, utilisant une préparation lyophilisée de très bon miso japonais... matin fatigué :-P Quelques cuillers de poudre, un peu d'eau chaude de la bouilloire, et zou !

dimanche 21 avril 2013

Mousse de corail de St Jacques et fondue de pissenlit

Pour un dimanche, une recette un peu plus fine avec des produits de saison.

Il m'a fallu
  • des coraux de St Jacques
  • des pissenlits 
  • du vin blanc 
  • du beurre 
  • et un peu de riz
  • facultatif : un peu de crème, de muscade, de la ciboulette ciselée ou des paillettes d'algues

Cuire le riz selon vos goûts : à la vapeur, à l'eau, pilaf...

Laver les pissenlits, découper grossièrement ou finement, selon l'envie.

Dans une poêle chaude, fondre quelques brins de beurre et ajouter les coraux de St Jacques pour les dorer. Mouiller de vin blanc et laisser cuire encore un petit quart d'heure. Mixer et ajouter, au besoin, un peu de crème.

Dans une autre poêle, faire fondre un bout de beurre et verser les pissenlits émincés, remuer vivement afin de cuire sans colorer ni attacher. L'opération ne prendra, au mieux, que 5 minutes, les pissenlits étant meilleurs mi-cuits que trop cuits !

Disposer le riz dans l'assiette, couvrir d'un peu de pissenlits et garnir de mousse de coraux. Agrémenter d'un peu de ciboulette ou d'algues.

samedi 20 avril 2013

Galettes aux pissenlits et filet de porc

Cette recette peut être variée presqu'à l'infini, en galettes de froment ou de sarrasin, fines, ou épaisses comme des pancakes ou à base de flocons de pommes de terre, ou de pois chiche, ou de châtaignes... agrémentée de lamelles de filet de porc rôti ou fumé, ou de toute autre charcuterie, viande ou poisson dont l'envie vous viendrait... Et le tout relevé d'herbes finement hachées, d'épices délicates ou d'une fleur de sel... Les possibilités sont véritablement infinies, ou presque ! Et on peu aussi remplacer les pissenlits par des orties, mais également des pousses d'épinards, des côtes de bette émincées, courgettes, poivrons... voire un mélange au choix...

La recette présentée ici sera simple, et vous donnera les indications nécessaires.

J'ai choisi des pissenlits frais, des tranches de rôti de porc cuit au four, des œufs, un peu de lait et de maïzena, une pointe de muscade et du beurre.

Après avoir trancher le porc en fines lamelles, rincer les pissenlits sous l'eau froide, égoutter et trancher, grossièrement ou finement selon l'humeur et l'envie, et réserver le tout.

Dans un saladier, battre l'œuf avec la muscade et un peu de sel, ajouter 1 cuiller à soupe de maïzena (ou de farine) puis le lait. Réserver au frais durant une heure si vous en avez la possibilité.

Dans une poêle chaude, faire fondre un morceau de beurre et ajouter le porc, laisser suinter afin de le dorer, ajouter les pissenlits et de suite verser le mélange de pâte.

Là, soit vous être très doué et retournez la galette d'un habile coup de main, soit vous faites comme moi : laissez glisser la galette sur une assiette, retournez la poêle sur l'assiette et opérez un retourné en douceur mais fermeté. La galette pourra alors cuire de l'autre côté tranquillement.

Servir accompagné de limonade fraîche, infus d'orties ou jus de pomme...

Vous pouvez aussi vous servir de la garniture pour garnir des crêpes préalablement faites !

Recettes pour Rouge des Flandres

La pomme de terre Rouge des Flandres est d'une couleur soutenue, farineuse et délicate en goût. Elle est idéale pour cuire au four, préparer une purée ou des galettes.

Faites cuire les pommes de terre au four et présentez-les encore fermées : elles surprendront par leur camaïeu de vermeil. Avec un peu de crème fraîche épaisse et une viande bleue, vous serez dans le ton !

Épluchées et râpées, elles feront de délicieuses galettes qui pourront être farcies de légumes blancs, comme le chou-fleur ou des queues d'asperges. Ajouter un œuf battu pour assurer l'homogénéité, et cuire à la poêle ou au four.

Des chips, cuits au four, à la poêle ou à la friteuse, feront le régal lors d'apéritif ou pour accompagner une grillade.

Enfin, des frites légères mettront en valeur une poêlée de légumes de saison : laver, éplucher et tailler les frites selon le gabarit de votre choix, puis verser dans un saladier. Verser une à deux cuillers d'huile maximum et bien mélanger pour la répartir. Verser sur un plat ou dans la lèche-frite et cuire au four ; à moins que vous ayez une friteuse actifry, auquel cas vous pouvez les y faire directement.

Les recettes sont nombreuses, celles-ci ne sont qu'un infime aperçu ! N'hésitez pas à nos laisser les vôtres, et vos réactions, dans les commentaires !

jeudi 18 avril 2013

Confiture d'orties

Et oui, on fait aussi de la confiture d'orties ! on la cuit moins longtemps qu'une confiture de mûre et on la sucre moins qu'une confiture de cassis, mais ça reste de la confiture.

Une fois les orties lavés, les mettre dans une casserole avec un peu de sucre, selon vos goûts et chauffer doucement.

L'idée, c'est de conserver les vitamines et minéraux tout en bénéficiant de l'effet confit. Pour une confiture, on mettra jusqu'à la moitié du poids des fruits en sucre (100g de fruits, 50g de sucre), donc faites au mieux pour contenter votre médecin et votre gourmandise.

La cuisson n'est pas très longue, même si certains préféreront obtenir une bouillie !

Déguster sur une tartine le matin, avec une crêpe au goûter ou accompagné d'une pièce de bœuf grillée...

Et revenez nous dire ce que vous en avez pensé dans les commentaires !

Soupe d'orties

Soit vous avez fait une belle récolte et vous disposez encore de quelques feuilles, soit vous avez acheté quelques orties chez le primeur et, après tri pour l'omelette, vous avez de quoi confectionner une soupe. Alors laissez-vous tenter !

Il vous faudra : des orties, quelques pommes de terre, carottes, oignons et autres légumes de votre choix, et quelques épices et aromates selon vos goûts.

Laver, rincer, éplucher et tailler chaque légumes.

Démarrer la soupe : à froid, on mettra les légumes plus longs à cuire, les orties ne s'ajoutant qu'à la fin ; à chaud, on fait revenir l'oignon dans un peu de matière grasse, on ajoute les légumes type pomme de terre et carotte que l'on saisit délicatement, on verse l'eau, on laisse cuire un moment et, en toute fin, on ajoute les orties.

Moi, j'aime la méthode suivante : je fais revenir l'oignon dans un peu de beurre, tout doucement pour le colorer et le faire fondre en même temps, j'ajoute une pomme de terre coupée finement et laisse cuire recouvert d'un demi litre d'eau. Et à la fin, quand les patates sont presque cuites, j'ajoute les orties et remets le couvercle pour 5minutes, et éteins le feu : la soupe est assez chaude pour ne plus avoir besoin de quoique ce soit.

J'ajoute une pincée de muscade, je mixe le tout et je déguste avec des petits croûtons maisons à l'ail.

Un vrai régal !!!

Omelette à l'ortie

Rien de plus simple que cette recette :

des œufs, un peu de sel/poivre pour ceux qui aiment, des orties et un bout de beurre.

Prenez les premières feuilles d'orties (le premier bouquet à peine ouvert tout en haut de la tige, c'est le plus tendre et sa délicatesse va assez bien avec les œufs !)

Les disposer dans l'égouttoir et les rincer délicatement sous l'eau froide. Égoutter et réserver.

Casser les œufs dans un bol ou saladier et battre énergiquement afin de faire un peu mousser le blanc, ce qui donnera une omelette aérienne, ou battre simplement pour mélanger blanc et jaune, selon la préférence de chacun.

Faire chauffer la poêle, déposer un bout de beurre que l'on laisser fondre avant d'ajouter les orties. L'idée est là de les faire légèrement cuire, comme s'il s'était agi de pousses d'épinards. Saler et poivre, puis verser les œufs et laisser cuire.

Présentation :

Servir aussitôt et déguster accompagné de pommes de terres sautées ou bout de baguette fraîche, avec un verre de bière ou un infus d'orties, et laisser le printemps vous envahir !

Autre présentation :

samedi 2 février 2013

Rouelle de porc épicée aux pommes

Ingrédients et quantités pour 4 gourmands

  • 500 à 600g de rouelle de porc
  • 400g de lard, salé de préférence
  • 500 à 600g de pommes (pas trop acide, chair non farineuse, plutôt Chorette que Boscoop)
  • 2L de bouillon de légumes
  • quelques échalotes
  • 30 à 50g de beurre clarifié
  • amchoor, réglisse, vanille, cannelle, gingembre, macis, poivre blanc
  • sel, très très facultatif, attendez quelques heures de cuisson avant de vérifier la salinité du plat.

Un p'tit plat tout plein de douceurs, de tendresse et de poésie, imaginé au retour du marché, cadeau d'anniversaire pour un homme qui m'est très cher.

Eplucher et émincer les échalotes, les réserver au frais ; la quantité est libre, à varier selon les goûts de chacun. ;-)

Couper la rouelle en gros morceaux d'une centaine de grammes, et le lard en cubes assez épais : la cuisson sera lente, inutile donc de couper trop petit. Réserver au frais.

Rincer, éplucher et vider les pommes, découper des quartiers de 3cm d'épaisseur et réserver.

Dans une grande casserole ou marmite, faire fondre le beurre clarifié à feu moyen, dorer les viandes, ajouter les échalotes puis les pommes, laisser caraméliser quelques instants. Assaisonner avec les épices ; procédez de manière empirique, en commençant par le gingembre : 1 c. à c. rase de gingembre, 1/3 de c. à c. de cannelle, 1/4 de c. à c. de macis [ou muscade], amchoor et réglisse, un demi bâton de vanille fendu et gratté ou une pincée de poudre de vanille, une ou deux pincées de poivre blanc, ou quelques tours de moulin. Mélanger délicatement afin de répartir les épices sans casser les pommes.

Mouiller avec le bouillon de légumes, chaud ou froid, et mélanger délicatement, en grattant un peu le fond de la casserole afin de récupérer les sucs des viandes et fruits, et amplifier ainsi les saveurs.

Une astuce pour mélanger les saveurs sans risquer d'altérer les textures et morceaux : saisissez la casserole et effectuez un léger mouvement de rotation.

Augmenter la puissance du feu au maximum afin d'assurer un premier bouillon, écumer et ralentir le feu au minimum pour une cuisson de 4h, à couvert. Si vous disposez d'une terrine ou cocotte en fonte, vous pouvez enfourner votre préparation pour 4h à 150°C, voire 100°C pour une cuisson à très basse température qui optimisera les qualités nutritionnelles et gustatives de la préparation. Pour ma part, utilisant des plaques électriques, j'ai mené une cuisson lente, à minima, pendant 4h, puis laissé la marmite sur la plaque éteinte jusqu'à complet refroidissement, soit une cuisson poursuivie encore près de 3h.

Les quartiers de pommes seront confits, d'une texture tout à la fois ferme et onctueuse, les viandes fondantes et délicates, et le jus de cuisson pourra être épaissi par une pointe de crème fouettée ou un roux blanc.

Servir de préférence le lendemain, après un réchauffage à basse ou moyenne température, accompagné de pâtes ou de paillassons de pomme de terre, d'une salade de saison ou d'une poêlée de légumes verts.

- page 1 de 7