Mam'zelle Valière

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La Permaculture

«La culture biologique est une méthode de culture, alors que la permaculture est une méthode de conceptionGraines de permaculture, de Patrick Whitefield.

Cette approche fut théorisée dans les années 1970 par Bill Mollison et David Holmgren, néo-zélandais. Depuis, elle a été enrichie par d'autres plumes, notamment celle de Patrick Whitefield, britannique. Ce trio est, en permaculture, mon triumvirat d'inspiration et de sagesse.

La permaculture, ou culture permanente, est une approche globale permettant de stimuler les écosystèmes par un design basé sur l'observation. La conception repose sur la réflexion, pour élaborer «un système intelligent, en lieu et place de nos muscles et du pétrole.» Graines de permaculture, Patrick Whitefield.

Elle considère que les végétaux et animaux ne sont pas à usage unique et peuvent remplir X fonctions, qu'il faut s'approcher au plus près des systèmes naturels afin d'améliorer la productivité et prendre les choses en main par soi-même sans attendre des autres, solutions locales aux problèmes globaux.

Ses credo sont

  • Prendre soin de la terre,
  • Prendre soin des personnes,
  • Partager équitablement.

Ses avantages sont non-négligeables : moins de matériel nécessaire, efforts moindres, temps de travail diminué.

David Holmgren va plus loin dans le terme de conception en décrivant le Design thinking : l'utilisateur est au centre de la méthode et doit utiliser plusieurs phases pour un bon développement de cette innovation : compréhension, observation, réappropriation, créativité, prototypage, test, implémentation. Il détaille cela en 12 points :

  1. Observer et interagir.

  2. Collecter et stocker l'énergie.

  3. Créer une production.

  4. Appliquer l'auto-régulation et accepter la rétroaction.

  5. Utiliser et valoriser les ressources et les services renouvelables.

  6. Ne pas produire de déchets.

  7. Partir des structures d'ensemble pour arriver aux détails.

  8. Intégrer plutôt que séparer.

  9. Utiliser des solutions à petite échelle et avec patience.

  10. Utiliser et valoriser la diversité.

  11. Utiliser les interfaces et valoriser les éléments en bordure.

  12. Utiliser le changement et y réagir, de manière créative.

Il rappelle également que nombre de cultures établissent que «c'est au sein de la plus grande stabilité que se trouve les graines du changement.» Il termine sa démonstration en déclarant que «les principes de conception permaculturelle n'ont pas vocation à se substituer aux savoir-faire techniques et à l'expérience pratique.» in L'Essence de la permaculture.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://blog.xn--mamzellevalire-6jb.fr/trackback/745874

Fil des commentaires de ce billet